Le voyagiste Fram bientôt sous pavillon chinois ?

(Le Chinois HNA a déposé une offre de rachat ferme © MaxPPP)

Après le Club Med en début d'année, c'est une autre marque emblématique du tourisme qui va devenir chinoise : Fram a reçu une offre ferme de rachat par le conglomérat HNA, associé pour l'occasion à un partenaire minoritaire, Selectour Afat.

Une cinquantaine d'agences en France, 560 salariés : Fram est l'un des plus gros voyagistes français... En difficulté financière aujourd'hui, il souhaitait ouvrir son capital. Le Chinois HNA, associé à un partenaire minoritaire, à hauteur de 10%, Selectour Afat, a déposé une offre de rachat "ferme" et "in bonis", c'est-à-dire sans passer par une procédure collective. Le montant n'est pas officiellement connu, mais on parle de quelque 40 millions d'euros.

HNA est l'actionnaire de la compagnie aérienne Aigle Azur, et de la chaîne hôtelière NH Hoteles. Il est en train de racheter Globalia, premier groupe touristique espagnol, propriétaire de la compagnie aérienne Air Europa.

Une autre offre de reprise a été déposée, rappelle Fram dans son communiqué, par le Français Karavel-Promovacances, mais celui-ci ne veut reprendre Fram qu'après son dépôt de bilan.

Bataille d'actionnaires en perspective

Le directoire du voyagiste, basé à Toulouse, "mènera à son terme et aux côtés des actionnaires le meilleur projet de cession pour Fram et ses salariés" . Les actionnaires trancheront dans les prochains jours. Ce qui s'annonce compliqué.

Le capital de Fram est détenu à 80% par les deux branches de la famille fondatrice - Marie-Christine Chaubet (fille du patron historique Philippe Polderman) et sa fille en détiennent environ 40%, tout comme Georges Colson, ancien président du directoire et demi-frère de Mme Chaubet. Air France détient pour sa part près de 9%, le reste étant réparti entre des actionnaires individuels. Et ils ne sont pas d'accord...

Vous êtes à nouveau en ligne