Le prix Nobel d'économie 2011 a été décerné aux Américains Thomas Sargent et Christopher Sims.

Christopher Sims à gauche et Thomas Sargent à droite.
Christopher Sims à gauche et Thomas Sargent à droite.

Ces deux économistes américains ont élaboré des travaux aidant à comprendre comment des événements imprévus ou des politiques programmées influencent les indicateurs macroéconomiques.

Ces deux économistes américains ont élaboré des travaux aidant à comprendre comment des événements imprévus ou des politiques programmées influencent les indicateurs macroéconomiques.

Les deux lauréats sont âgés de 68 ans. Ils sont récompensés pour leur recherche empirique sur la cause et l'effet macroéconomique.

"Une des tâches principales de la recherche en macroéconomie consiste à comprendre comment chocs (événements inattendus) et changements systématiques de politique affectent les variables macroéconomiques à court et à long terme", rappelle le comité en expliquant que "les recherches de Sargent et Sims ont été indispensable à ce travail".

Le professeur Sims, joint par téléphone par l'Académie royale suédoise des sciences qui décerne le prix, a reconnu que la complexité des méthodes mises en place par lui et son co-lauréat ne permettaient pas de donner une réponse simple pour sortir de la crise mondiale. "Si j'avais une réponse simple, je la propagerais dans le monde (...) mais je pense que les méthodes que j'ai utilisées et que Tom (Sargent) a développées sont essentielles dans la recherche d'un moyen de nous sortir de ce marasme", a-t-il déclaré.

Bien que MM. Sargent et Sims aient effectué leurs recherches indépendamment, "leurs travaux sont complémentaires", souligne l'Académie, pour laquelle les théories élaborées par les lauréats dans les années 1970 et 1980 "ont été adoptées aussi bien par les chercheurs que par les dirigeants politiques du monde".

Thomas Sargent, né à Pasadena (Californie) et enseignant à l'Université de New York, ainsi que Christopher Sims, né à Washington et enseignant à l'Université de Princeton, succèdent au palmarès Nobel aux spécialistes du marché du travail, le Britannico-chypriote Christopher Pissarides et les Américains Peter Diamond et Dale Mortensen.

Décerné depuis 1969 et financé par la banque centrale suédoise, il clôt la saison des Nobel et fonctionne comme les autres prix avec un comité et une dotation de 10 millions de couronnes (1,08 million d'euros). Le professeur Sims a d'ores et déjà indiqué qu'il garderait son argent en liquide "pour réfléchir" et qu'il ne l'investirait pas en bourse.

Les prix seront remis à Stockholm le 10 décembre, date-anniversaire de la mort de leur fondateur, le savant et industriel suédois Alfred Nobel. En 10 ans, 20 lauréats dont 17 Américains ont été récompensés par ce prix.