Le prix du timbre prioritaire va augmenter de 10 centimes et passer à 1,05 euro en 2019

Le nouveau dessin qui représentera Marianne sur les timbres postaux, présenté à une imprimerie de la Poste à Boulazac (Dordogne), le 19 juillet 2018.
Le nouveau dessin qui représentera Marianne sur les timbres postaux, présenté à une imprimerie de la Poste à Boulazac (Dordogne), le 19 juillet 2018. (NICOLAS TUCAT / AFP)

La Poste explique cette hausse par le besoin de compenser la baisse du volume de courrier échangé chaque année en France.

En dix ans, son prix aura presque doublé : le timbre prioritaire – celui de couleur rouge – va augmenter de dix centimes et passer à 1,05 euros en 2019, a annoncé la Poste, vendredi 27 juillet. Le timbre vert, qui représente aujourd'hui 60% des envois, va lui augmenter de 8 centimes, passant ainsi à 88 centimes.

Le prix du timbre rouge avait déjà augmenté de 10 centimes cette année, et de 5 centimes en 2017. En 2009, il coûtait 56 centimes.

Pour les colis, la hausse sera plus modérée : les tarifs pour les envois domestiques des particuliers augmenteront de 1,4%, autant qu'en 2018.

6% de courrier en moins chaque année en moyenne

La Poste justifie la hausse des prix des timbres par la nécessité de compenser le déclin structurel des volumes de courrier, qui a baissé de 6% par an, en moyenne, sur les cinq dernières années. "Nous continuons d'avoir autant de boîtes à lettres à desservir et autant de kilomètres à faire par nos facteurs", souligne Arnaud Tomasi, chargé de la politique tarifaire des courriers et colis à la Poste.

En 2018, cette baisse du volume du courrier représente 550 millions d'euros de manque à gagner. La Poste est autorisée à augmenter ses tarifs de 5% par an jusqu'en 2022 pour tenir compte de ce déclin.

Ces nouveaux timbres seront les premiers à porter le nouveau portrait de Marianne, dessiné par le street-artist Yseult Yz, et dévoilé par Emmanuel Macron le 19 juillet.

Vous êtes à nouveau en ligne