Le préfet Alain Gardère déféré devant la justice

(Le préfet Alain Gardère dirigeait depuis près d’un an le Cnaps, le Conseil national des activités privées de sécurité © Maxppp)

Après avoir été interrogés deux jours en garde à vue, le préfet Alain Gardère, un haut fonctionnaire proche de la droite, et son directeur de cabinet ont été déférés ce jeudi matin devant la justice. Il pourrait être mis en examen dans une enquête sur des faits présumés de corruption et de trafic d'influence.

Un ancien "grand flic" du mandat Sarkozy  

 

Depuis septembre, une enquête a été ouverte à Paris pour soupçons de corruption, d’abus de biens sociaux, de trafic d'influence et de prise illégale d'intérêts. Le préfet Alain Gardère dirigeait depuis près d’un an le Cnaps, le Conseil national des activités privées de sécurité. Commissaire classé à droite, "grand flic" du mandat Sarkozy, le très discret Alain Gardère a été un élément clé de la police à Paris dans les années 2000. Au sein de la préfecture de police de paris, il lance la réforme du Grand Paris en tant que patron de la police urbaine de proximité, pour devenir ensuite directeur adjoint de Claude Guéant quand il était ministre de l’Intérieur. 

Deux autres personnes encore entendues 

Un autre policier, un commandant qui est son directeur de cabinet au Cnaps, est également en garde à vue, tout comme le patron d'une importante société de sécurité et de service aux aéroports, qui revendique plusieurs milliers de salariés et des contrats avec plusieurs dizaines de compagnies aériennes.