Le nouveau ministre des Finances George Osborne a présenté mardi un budget "d'urgence" qualifié "d'inévitable"

Le ministre des Finances George Osborne
Le ministre des Finances George Osborne (AFP - Carl Court)

M. Osborne a annoncé au Parlement que la TVA allait passer de 17,5% à 20% à partir de janvier prochain au Royaume-Uni, une mesure qui rapportera 13 mds de livres par an (15,6 milliards d'euros).Cette mesure et d'autres annoncées en même temps ont pour but, a-t-il dit, de réduire à néant le déficit structurel (non lié à la conjoncture) en cinq ans.

M. Osborne a annoncé au Parlement que la TVA allait passer de 17,5% à 20% à partir de janvier prochain au Royaume-Uni, une mesure qui rapportera 13 mds de livres par an (15,6 milliards d'euros).

Cette mesure et d'autres annoncées en même temps ont pour but, a-t-il dit, de réduire à néant le déficit structurel (non lié à la conjoncture) en cinq ans.

Le pays est confronté à un déficit qui devrait atteindre 155 milliards de livres sur l'année fiscale 2010/2011 entamée en avril, soit 186 milliards d'euros du PIB d'après l'OBR, nouvel organisme chargé de surveiller les finances du royaume.

Ce serait le montant le plus élevé de toute l'UE cette année, qui représenterait 10,5% du PIB britannique, le deuxième taux le plus élevé d'Europe après l'Irlande, selon les prévisions officielles.

Les mesures annoncées

Le chancelier Osborne a ainsi annoncé mardi au Parlement qu'il espérait voir passer le déficit public du pays de 10,1% du PIB cette année à 1,1% du PIB d'ici 2015/16.

Côté dépenses, le gouvernement a déjà lancé l'assaut fin mai, en procédant à un premier coup de rabot de plus de 6 milliards de livres, et en passant à la trappe une série de grands projets lancés par le Labour.

M. Osborne devrait parachever ces coupes en s'attaquant à deux énormes gisements d'économies: les allocations sociales, "complètement hors de contrôle" selon ses propres termes, et la fonction publique. Samedi, le Premier ministre David Cameron avait prévenu que les fonctionnaires devraient se serrer la ceinture, dans un entretien au Times.

Londres sourde aux pressions d'Obama...

La Grande-Bretagne a besoin de réduire son déficit public "plus rapidement" que d'autres pays, ont fait valoir les autorités britanniques lundi, en réponse à Barack Obama qui avait écrit aux dirigeants du G20 pour leur demander d'encourager la reprise. Les Etats-Unis s'inquiètent que la reprise mondiale soit mise en danger si les Etats abandonnent trop tôt la relance.

"Les pays ont des approches différentes et dans certains pays, comme le nôtre, il y a un besoin de s'attaquer au déficit et de le réduire plus rapidement", a ainsi expliqué un porte-parole du Premier ministre britannique David Cameron à des journalistes

... mais sensible à celles des marchés
Les agences de notation ont prévenu que la note "triple A" de la Grande-Bretagne, la plus élevée de leurs échelles, pourrait être remise en cause s'il s'avérait que le budget Osborne n'était pas à la hauteur de la situation.

"Vous pouvez considérer la Grèce comme un exemple de pays qui n'a pas fait face à ses problèmes et c'est le sort que je souhaite éviter", a déclaré dimanche le ministre des Finances, précisant que les mesures d'austérité seraient échelonnées sur cinq ans.

Vous êtes à nouveau en ligne