Le groupe Dia veut vendre ses magasins en France

(Sylvie Johnsson Radio France)

Le groupe de distribution espagnol Dia, qui compte près de 900 magasins en France, a confirmé ce jeudi, par communiqué, vouloir vendre "la totalité de ses activités" dans le pays. 7.500 emplois sont concernés. L'enseigne explique sa décision par de mauvais résultats pour ses magasins en France.

Les syndicats avaient les premiers levé le voile, mercredi, sur les projets du groupe de hard-discount espagnol, Dia, en France. L'enseigne a confirmé ce jeudi, par le biais d'un communiqué présentant les résultats du premier trimestre - positifs, avec un bénéfice net en hausse de 9,7 % considérant les activités en France comme "interrompues " -, qu'elle avait "entamé les actions opportunes pour vendre la totalité de ses activités en France ".

En 2013, le nombre de magasins Dia en France avait baissé, passant de 888 à 865. Le groupe insiste sur les mauvais résultats dans le pays, avec une baisse de 11 % des ventes brutes sur l'année.

Le groupe emploie environ 7.500 personnes en France. On ne connait pas encore le détail du plan, mais environ 2.000 personnes pourraient perdre leur emploi. Franck Merouze, délégué de la CGT chez Dia pointe "des erreurs de stratégie commerciale ". 

 

Dia qui appartenait à Carrefour jusqu'en 2011, est numéro trois mondial dans le domaine du hard-discount, mais souffre beaucoup de la concurrence de Lidl et Aldi, entre autres.