Le groupe de travail sur les autoroutes préconise un dégel des tarifs au péage

(Le groupe de travail préconise notamment que les concessionnaires d’autoroutes participent davantage au financement des infrastructures © Maxppp)

Le groupe de travail sur les autoroutes, qui rend ce mardi son rapport au Premier ministre, se prononce pour un dégel des tarifs des péages, mais souhaite que la reprise des augmentations s'accompagne d'une modulation liée à des critères écologiques.

 Un dégel des tarifs, et donc des augmentations, oui, mais avec des modulations liées à des critères écologiques. C’est ce que préconise dans un document provisoire le groupe de travail sur les autoroutes, qui rend ce mardi ses conclusions au Premier ministre. Sur les critères écologique, on imagine la pratique de prix plus bas pour les véhicules les moins polluants, ceux en covoiturage ou encore les jeunes conducteurs... Pour autant, le rapport ne donne aucune précisions sur la façon dont ces tarifs variables pourraient être mis en œuvre. 

Les parlementaires demandent un "effort significatif"

En outre, les parlementaires souhaitent que les sociétés concessionnaires d'autoroutes participent davantage au financement des infrastructures routières et renoncent, dans le cadre du plan de relance autoroutier, à une partie de l'allongement des concessions, soit un "effort significatif" de leur part. Le texte évoque aussi la possibilité d'une "formule, inspirée des contrats de concession les plus récents, en faveur d'un partage des fruits de la concession, notamment sous forme de raccourcissement de la durée de la concession ou de baisse des tarifs". 

Pas de résiliation des concessions avant 2017

Sur la résiliation des concessions autoroutières, le rapport est très clair, et la phrase soulignée : c'est juridiquement et financièrement impossible d'ici 2017. Le coût pour l'Etat serait de 40 à 55 milliards d’euros… Le groupe de travail note toutefois qu’il n’est ...qu'on ne peut pas continuer à allonger sans cesse la durée des concessions accordées aux sociétés  d'autoroute...et qu' a l' avenir leur  prolongation devrait etre soumise au feu vert du parlement.

3,2 milliards d’euros de travaux sur l’ensemble du réseau

Les travaux de ce groupe - composé de parlementaires et de représentants de l'administration - doivent servir de base dans les négociations entre l'Etat et les SCA. Ces discussions portent sur le montant de la hausse des péages et le déblocage d'un plan de relance prévoyant 3,2 milliards d'euros de travaux sur l'ensemble du réseau autoroutier, compensé par un allongement de la durée des concessions.

Le gouvernement et les SCA entretiennent des relations tendues depuis septembre, quand un rapport de l'Autorité de la concurrence a pointé leur "rentabilité exceptionnelle" de l'ordre de 20% ou plus par an, sur fond de hausse des péages supérieure à l'inflation depuis leur privatisation il y a près de 10 ans.

Abus de pouvoir ?

Les concessionnaires d'autoroutes, eux, contestent ce calcul, jugeant que leur rentabilité doit se calculer sur l'ensemble de la durée des concessions, soit une trentaine d'années, et est cohérente avec la moyenne du secteur des travaux publics. Dénonçant un "abus de pouvoir", les sociétés ont attaqué devant le Conseil d'État le gel par le gouvernement de l'augmentation de 0,57% des péages prévue au 1er février.

Vous êtes à nouveau en ligne