Le gouvernement veut stopper la guerre des prix dans la grande distribution

Le ministre de l\'Economie, Emmanuel Macron (au centre), rencontre les représentants de l\'industrie agroalimentaire, jeudi 23 octobre.
Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron (au centre), rencontre les représentants de l'industrie agroalimentaire, jeudi 23 octobre. (PATRICK KOVARIK / AFP)

Distributeurs et fournisseurs viennent d'entamer leurs négociations commerciales annuelles pour fixer les tarifs des produits de grande consommation. Le gouvernement tente de limiter la pression qui pèse sur les producteurs.

Des promotions sur les fruits et légumes, mais à quel prix ? La course aux prix bas dans la grande distribution pèse sur les producteurs de la filière agroalimentaire. Le gouvernement va donc "demander un avis à l'Autorité de la concurrence" concernant les récents rapprochements entre Auchan-Système U d'une part, et Casino-Intermarché d'autre part, pour effectuer en commun leurs achats auprès de leurs fournisseurs, a annoncé le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, jeudi 23 octobre

Ces regroupements permettent, en effet, aux centrales d'achat de la grande distribution d'augmenter la pression sur les producteurs pour leur faire baisser leur prix, ce qui réduit mécaniquement leurs marges. A la fin septembre, les légumiers bretons ont, d'ailleurs, mené plusieurs actions violentes pour attirer l'attention sur leur situation.

Vigilance face aux regroupements des centrales d'achat

Distributeurs et fournisseurs viennent d'entamer leurs négociations commerciales annuelles pour fixer les tarifs des produits de grande consommation pour l'année à venir. Jeudi matin, le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, et la secrétaire d'Etat à la Consommation, Carole Delga, ont reçu des représentants des différents maillons de la chaîne pour évoquer la question de ces regroupements des centrales d'achat.

"Ce ne sont pas des concentrations donc il n'y a pas lieu de s'inquiéter outre mesure", mais "il faut être vigilant (...) pour s'assurer d'une parfaite transparence dans l'application de la loi", a déclaré le ministre de l'Économie

"Il fallait sortir de la logique de guerre, c'était l'objet de cette réunion. On reste vigilants, mais dans une volonté de dialogue", a conclu Stéphane Le Foll. En début de semaine, Manuel Valls avait appelé au "patriotisme alimentaire" dans la grande distribution.