Le gouvernement veut lier les retraites chapeaux aux résultats des entreprises

Le ministre de l\'Economie Emmanuel Macron après le premier conseil des ministres de l\'année, le 5 janvier 2015 à l\'Elysée.
Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron après le premier conseil des ministres de l'année, le 5 janvier 2015 à l'Elysée. (CHARLES PLATIAU / REUTERS)

Le montant de ces retraites complémentaires fait souvent polémique. La loi Macron devrait les encadrer davantage.

Pour prévenir de futures polémiques, le gouvernement cherche à encadrer davantage les retraites chapeaux. Ce régime de retraite complémentaire permet aux bénéficiaires d'obtenir chaque année une somme fixée à l'avance, un forfait ou un pourcentage de son dernier salaire. Mais leur montant élevé fait parfois grincer des dents.

La commission spéciale de l'Assemblée sur la loi Macron a décidé de soumettre ces retraites à la "performance" des entreprises concernées, samedi 17 janvier. "Les retraites chapeaux sont incompréhensibles quand elles sont totalement déconnectées de la performance", a jugé le ministre de l'Economie Emmanuel Macron, soutenant l'amendement présenté par le socialiste Laurent Grandguillaume. Pourtant en grande difficulté, le groupe PSA avait provisionné 21 millions d'euros pour la retraite de son PDG Philippe Varin en 2013. Lequel avait finalement renoncé à en bénéficier. Par ailleurs, d'ici le vote en séance, le gouvernement promet de travailler sur d'autres pistes, comme la "fidélité à l'entreprise".

Le code éthique du Medef jugé peu contraignant par Macron

Le Medef a déjà tenté d'intégrer quelques règles dans son code de bonne conduite, actualisé en juin 2013. Ainsi, le bénéficiaire doit avoir terminé sa carrière dans l'entreprise et la retraite ne peut pas dépasser 45% de la rémunération. Mais cela ne convainc pas le ministre de l'Economie. En octobre, déjà, Emmanuel Macron a fait part de sa contrariété après les émoluments accordés à Gérard Mestrallet, lors de son départ du poste de PDG de GDF Suez, alors même que le niveau de sa retraite n'atteignait que 28% de sa rémunération "Je souhaite que le Haut comité de gouvernement d'entreprises se saisisse de ce cas. S'il s'avère qu'il est conforme au code Afep-Medef, il est nécessaire d'aller plus loin."

Vous êtes à nouveau en ligne