Le feu vert a été donné samedi au versement de 8,7 milliards d'euros d'ici au 15 juillet

Un homme attend un bus à Athènes, lors d\'un vote au parlement du plan d\'austérité le 1er juillet 2011
Un homme attend un bus à Athènes, lors d'un vote au parlement du plan d'austérité le 1er juillet 2011 (AFP/FILIPPO MONTEFORTE)

"Les ministres des Finances de la zone euro ont approuvé le déboursement de la cinquième tranche des prêts prévus pour la Grèce après l'approbation par le conseil d'administration du FMI, selon un communiqué.Les décisions sur un nouveau plan de sauvetage ont été repoussées aux "prochaines semaines".

"Les ministres des Finances de la zone euro ont approuvé le déboursement de la cinquième tranche des prêts prévus pour la Grèce après l'approbation par le conseil d'administration du FMI, selon un communiqué.

Les décisions sur un nouveau plan de sauvetage ont été repoussées aux "prochaines semaines".

Cette tranche représente au total 12 milliards d'euros: aux prêts européens s'ajouteront 3,3 milliards que le Fonds monétaire international a promis jeudi de débloquer "bientôt". Elle entre dans le cadre du premier plan de sauvetage mis sur pied pour la Grèce en mai 2010, qui prévoyait au total 110 milliards d'euros de prêts sur trois ans.

Deuxième plan: prémices
L'élaboration d'un deuxième plan de sauvetage n'a pas pour l'heure été finalisé. Il est nécessaire pour assurer le financement à plus long terme d'Athènes. La décision pourrait n'avoir lieu qu'après les vacances, selon certains diplomates. Lors de la prochaine réunion des ministres de Finances, le 11 juillet à Bruxelles, les grands argentiers devraient parler "surtout de l'implication du secteur privé, mais ce programme va mettre un certain temps à être élaboré", a indiqué un autre diplomate."

"Nous allons avancer pendant l'été sur les détails techniques, mais tout ça pourrait bien aboutir en septembre, d'autant que certains pays doivent passer devant leur Parlement pour ratification et qu'il y a pendant l'été des congés parlementaires", a-t-il ajouté.

Le communiqué rappelle que "des consultations sont en cours avec les créanciers de la Grèce, pour déterminer les modalités d'une implication volontaire du secteur privé, avec l'objectif d'arriver à une réduction substantiel des besoins de financement de la Grèce d'une année sur l'autre, tout en évitant un défaut sélectif".

Dans ce contexte, les ministres ont "pris note" de la déclaration vendredi du lobby mondial de la finance (IFF), qui se disait prêt à aider la Grèce vu la situation "exceptionnelle".

Vous êtes à nouveau en ligne