Le DRH d'Air France "déçu" et "choqué" après son agression

(Le DRH d'Air France, Xavier Broseta, chemise arrachée, a été évacué par le service d'ordre © REUTERS/Jacky Naegelen)

Xavier Broseta, DRH d'Air France, s'est dit "choqué" et "déçu" après avoir été violemment pris à partie par des salariés ce lundi en marge du Comité central d'entreprise (CCE). "Ce n'est pas le vrai visage d'Air France que nous avons vu ce matin", a-t-il déploré.

Le CCE d'Air France, qui a confirmé la possible suppression de 2.900 postes, a brutalement dégénéré lundi matin avec l'agression du directeur des ressources humaines de la compagnie. Xavier Broseta s'est retrouvé torse nu, la chemise arrachée par des salariés en colère. Il a dû être évacué par le service d'ordre d'Air France. Le reponsable de l'activité long-courrier du groupe, Pierre Plissionnier, a lui aussi été victime de violences similaires. 

Lors d'une conférence de presse donnée dans l'après-midi, Xavier Broseta s'est dit "choqué" et "déçu" , mais a refusé de "jeter l'opprobre sur l'ensemble des salariés ou des organisations syndicales d'Air France".

"Je suis choqué et déçu. (...) Ce n'est pas le vrai visage d'Air France", a déclaré le DRH Xavier Broseta
--'--
--'--

Air France va porter plainte 

Xavier Broseta assure d'ailleurs "avoir reçu des témoignages de sympathie par centaines, de la part de responsables syndicaux et de collègues salariés de la compagnie". 

Ces violences ont été fermement condamnées par le Premier ministre, Manuel Valls, qui s'est dit "scandalisé".  La direction d'Air France a annoncé son intention de porter plainte pour "violences aggravées".

Vous êtes à nouveau en ligne