Le blues des producteurs de fruits et légumes français

(Les ventes de fruits et légumes sont en baisse de 10% selon les producteurs français © Maxppp)

Malgré un début d'été ensoleillé et des prix plutôt bas, la consommation de fruits et légumes français est en baisse de plus de 10% selon les syndicats de producteurs. Des représentants de la filière avaient rendez-vous avec Stéphane Le Foll au ministère de l'Agriculture. Le gouvernement s'est engagé à financer une campagne de 200.000 euros pour promouvoir les fruits et légumes français.

Les producteurs français assurent qu'ils ne comprennent pas vraiment le phénomène. Alors qu'on est en pleine saison des fruits et légumes, que cet été est plutôt ensoleillé et que les prix sont en baisse, les ventes sont en baisse de plus de 10% d'après les syndicats de producteurs.

"On se pose beaucoup de questions parce que nos produits sont à disposition et ils sont très bons. En termes de chiffre d'affaires, c'est 20% en moins sur nos exploitations ", se désole Jacques Rouchaussé, président du syndical Légumes de France.

 

Et la situation est d'autant plus inquiétante pour la filière que la production est en avance sur certains produits d'après Pascal Dujols, président du syndicat des détaillants en fruits, légumes et primeurs : "En général, on a surtout une crise de surproduction sur quelques produits. Cette année, les récoltes sont en avance sur les prunes. Les raisins, les poires vont également concurrencer les nectarines. On est très inquiets ".

Haro sur les produits étrangers

Autre motif d'inquiétude: la concurrence des produits étrangers dans les grandes surfaces. Ce qui pousse les producteurs français à casser leurs prix. C'est le cas par exemple des salades : "Ca se négocie entre 25 et 28 centimes, et c'est revendu entre 80 centimes et un euro dans les rayons ", d'après Denis Digel, producteur à Sélestat, en Alsace.

Grosses tensions également sur la pêche. Début juillet, des arboriculteurs français ont bloqué des camions espagnols à la frontière pour protester contre la concurrence des pêches et des nectarines. Luc Barbier, président de la Fédération nationale des fruits, dénonce les pratiques commerciales des producteurs espagnols.

"Les Espagnols considèrent l'Europe de l'ouest comme une poubelle pour leur marchandise" (Luc Barbier)
--'--
--'--
Le gouvernement a annoncé il y a quelques le lancement d'une campagne de 200.000 euros pour promouvoir les produits français. La FNSEA Fruits et légumes devait également réclamer ce lundi après-midi au ministre de l'Agriculture "un renforcement des contrôles douaniers aux frontières afin de vérifier la qualité des produits entrant sur le territoire ". 

Message entendu : Stéphane Le Foll a assuré que les contrôles seraient renforcés, que la campagne de promotion aurait bien lieu... et qu'un action commune serait intentée devant la Commission européenne, pour éviter les abus.

Stéphane Le Foll a promis un renforcement des contrôles, une campagne de promotion, et une action à Bruxelles
--'--
--'--
 

Vous êtes à nouveau en ligne