La Société Générale veut rembourser l'Etat vite

La Société Générale a annoncé mardi une augmentation de capital de 4,8 milliards pour rembourser les aides de l'Etat

La Société Générale a annoncé mardi une augmentation de capital de 4,8 milliards pour rembourser les aides de l'EtatLa Société Générale a annoncé mardi une augmentation de capital de 4,8 milliards pour rembourser les aides de l'Etat Le remboursement interviendra "immédiatement après le règlement-livraison de cette augmentation de capital" et concerne "l'intégralité des instruments de prise de participation de l'Etat émis au profit de la Société Générale ", annonce la banque française dans un communiqué.

L'Etat touchera peu d'intérêts

La Société Générale va verser à l'Etat 185 millions d'euros de dividendes et intérêts, a affirmé mardi au cours d'une conférence de presse le directeur financier du groupe.

Les intérêts dus au titre des titres subordonnés souscrits par l'Etat en octobre, pour un montant de 1,7 milliard, se montent à 125 millions d'euros, et les dividendes versées pour les actions de préférence émises en mai pour un montant équivalent, à 60 millions d'euros, a précisé Didier Valet.

La BNP Paribas a annoncé la semaine dernière qu'elle allait rembourser les 5,1 milliards d'euros d'actions de préférence souscrites par l'Etat français, et lui verser une rémunération de 226 millions d'euros.
Cette annonce a suscité une polémique, le député (PS) Didier Migaud accusant l'Etat de s'être privé d'une importante plus-value, en ne devenant pas actionnaire de plein droit des banques lorsqu'il s'est porté à leur secours, et en ne profitant donc pas de la hausse de leur cours de bourse.

Interrogé sur cette polémique, le PDG de la Société Générale Frédéric Oudéa a répondu que "l'Etat (avait) investi dans un instrument où il n'avait aucun risque", et qu'il avait réalisé une "opération intéressante".
Pendant la crise, l'Etat avait apporté 3,4 milliards d'euros à la Société Générale.

Des négociations en cours avec Dexia

Après BNP Paribas et Crédit Mutuel, la Société Générale est donc la troisième banque française à devancer le calendrier initialement annoncé, confirmant l'accélération du mouvement de remboursement par les banques prévu encore dernièrement pour début 2010.

La période de souscription débutera jeudi et durera jusqu'au 20 octobre. Chaque action nouvelle sera émise au prix de 36 euros l'unité, soit 30% de moins que le cours de clôture de lundi.

L'augmentation de capital permettra également à la banque de "saisir les opportunités de croissance externe le cas échéant".
La Société Générale a ainsi annoncé avoir engagé des négociations avec la banque franco-belge Dexia pour le rachat de la part de 20% que détient cette dernière dans le Crédit du Nord.
Cette opération, qui doit être bouclée avant la fin de l'année et dont le montant n'est pas précisé, doit permettre à Société Générale de se renforcer dans la banque de détail, notamment en France.

L'Etat a prêté au total 19,8 milliards d'euros aux banques françaises, avec intérêts, pour les aider à traverser la crise et à continuer à prêter aux entreprises et aux particuliers.