La Française des Jeux bientôt à vendre ?

La Française des Jeux, détenue à 72% par l\'Etat, détient le monopole des jeux à gratter en France.
La Française des Jeux, détenue à 72% par l'Etat, détient le monopole des jeux à gratter en France. (FRANK PERRY / AFP)

Selon le PDG de la société, la cession éventuelle de 20% du capital de la FDJ pourrait rapporter 300 millions à 400 millions d'euros à l'Etat.

Le gouvernement étudie "l'éventuelle privatisation, au moins partielle, de la Française des Jeux". Mercredi 17 septembre, Le Monde.fr (article abonnés) révèle que "l'Agence des participations de l'Etat (APE) a lancé, cet été, une consultation auprès de banques d'affaires". "La balle est à présent dans le camp du gouvernement", poursuit le site du quotidien. 

L'Etat, qui contrôle 72% du capital de la société, "a lancé cette réflexion dans le cadre de sa politique de gestion plus active des participations publiques, annoncée en janvier", ajoute Le Monde.fr. Lundi, le président François Hollande a notamment annoncé que l'Etat allait "utiliser le produit des cessions d'entreprises dont il est actionnaire pour investir un milliard dans la construction de logements" intermédiaires, à mi-chemin entre logement social et marché privé.

L'hypothèse d'une privatisation pas confirmée

Selon le PDG de la société, Christophe Blanchard-Dignac, interrogé par Le Monde.fr, la cession éventuelle de 20% du capital de la FDJ pourrait rapporter 300 millions à 400 millions d'euros à l'Etat. Il n'a cependant pas confirmé l'hypothèse d'une privatisation, "mais il est normal qu'il y ait des réflexions", a-t-il indiqué. 

"Si l'entreprise devenait davantage privée, le régulateur devrait renforcer son contrôle", notamment en matière de lutte contre l'addiction et le blanchiment, estime le dirigeant de la Française des Jeux. Il faudrait également "respecter le modèle de jeu et d'entreprise de FDJ", ajoute-t-il.

La FDJ, qui détient le monopole en France sur le loto et les jeux à gratter, a réalisé en 2013 un chiffre d'affaires de 12,35 milliards d'euros, en progression de 1,8% par rapport à l'année précédente.

Vous êtes à nouveau en ligne