La filière des jus de fruits s’attend à "une année compliquée" (Unijus)

(Moins d'ananas mais aussi moins d'oranges en 2016 à cause de la météo (illustration) © MaxPPP)

Entre l'effet mondial du climat et celui du dollar, les professionnels du secteur craignent une inflation des cours et de l' approvisionnement difficile pour certains fruits.

Le président de l'Union nationale interprofessionnelle des jus de fruits (Unijus), Emmanuel Vasseneix, a déclaré mercredi s’attendre à une année 2016 "compliquée"  entre "la hausse du dollar" et "les effets du climat désastreux pour la production de fruits" . Une situation qui pourrait conduire à des "gels d’investissement et des plans de restructuration " dans la filière.

Moins d'ananas et moins d'oranges

Selon Emmanuel Vasseneix, "les effets du climat sont désastreux pour la production, étant donné que 60% à 80% du coût de revient est dû aux matières premières" avec une inquiétude particulière pour l'ananas, notamment à cause des fortes pluies qui ont touché la Thaïlande.

"Le prix a été multiplié par quatre, et nous n’arrivons pas à nous procurer les quantités nécessaires."

La filière se dit aussi préoccupée par la situation en Espagne, deuxième producteur d’oranges au monde derrière le Brésil : "La récolte est très moyenne cette année et la consommation de fruits frais augmente dans le pays" . Emmanuel Vasseneix estime qu'"il manque à peu près 50% de fruits par rapport à l’an dernier, ce qui provoque une inflation des cours" .

Le président d’Unijus en appelle à la grande distribution : "Nous sommes confrontés à des refus d’augmenter les prix, alors que nous suivons les cours d’une matière première naturelle" et il prévient les consommateurs qu'"ils risquent d’avoir du mal à trouver du jus d’ananas en grande surface dans les semaines qui viennent. "

Emmanuel Vasseneix précise toutefois que "la qualité des jus sera la même en 2016 que les années précédentes" .