La Commission européenne fixe à la France l'objectif d'un déficit public de 3,4% en 2016 et 2,8% en 2017

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, à Bruxelles (Begique), le 26 février 2015.
Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, à Bruxelles (Begique), le 26 février 2015. ( ANADOLU AGENCY / AFP)

La France est capable de respecter la trajectoire "exigeante" fixée par Bruxelles, selon Michel Sapin, le ministre des Finances. 

La Commission européenne a fixé, vendredi 27 février, de nouveaux objectifs de réduction du déficit public à la France, exigeant qu'elle le porte à 3,4% en 2016 avant d'atteindre 2,8% du Produit intérieur brut (PIB) en 2017 grâce à des mesures d'économies supplémentaires. 

Deux jours après avoir accordé un nouveau délai à la France, Bruxelles entend maintenir une pression forte sur Paris. La Commission attend un déficit public de 4% du PIB en 2015 (au lieu des 4,1% promis par le gouvernement français), de 3,4% en 2016 là où Paris prévoit 3,6% et de 2,8% en 2017, année où le pays est censé repasser sous la barre des 3%.

La France est "en capacité" de respecter cette trajectoire "exigeante" et "réaliste", a déclaré le ministre des Finances Michel Sapin.