La clôture des soldes d'été, un mauvais millésime

soldes
soldes (© France)

Bilan plus que mitigé pour les commerçants lors de cette session 2009 des soldes d'été

Bilan plus que mitigé pour les commerçants lors de cette session 2009 des soldes d'étéBilan plus que mitigé pour les commerçants lors de cette session 2009 des soldes d'été

Prêts à tout pour écouler leurs stocks les commerçants ont consenti aux réductions les plus folles, allant jusqu'à brader certains de leurs articles jusqu'à -90% en fin de semaine.

Mais les offres les plus alléchantes n'y auront rien fait. Les acheteurs sont restés prudents, succombant peu à leurs coups de coeur et préférant acheter "utile".

Cinq semaines décevantes
Lors des deux premières semaines des soldes, habituellement si cruciales pour les commerçants, les ventes ont reculé de 3 à 5% par rapport à la même période un an plus tôt, selon l'Institut français de la mode (IFM).

Face à ce peu d'engouement des acheteurs, les seuls a avoir su tirer leur épingle du jeu sont les grands magasins, avec des ventes stables en moyenne voire en hausse de 3%. A l"inverse les supermarchés et les hypermarchés ont, quant à eux, vu leurs ventes dégringoler de près de 10%. Les chaînes spécialisées et les magasins indépendants ont affiché des résultats oscillant entre stabilité et recul (jusqu'à -3%)

Ce bilan en net recul s"explique notamment à cause des rabais plus importants que d"habitude qui ont dû être mis en place par les commerçants pour attirer les clients. Si le nombre d"articles vendus reste à peu près stable, les bénéfices quant à eux, diminuent.

Les soldes flottants font grincer des dents


Les professionnels du secteur évoquent également la mise en place des "soldes flottants" pour expliquer la baisse de leur chiffre d'affaire. Cette mesure, instaurée depuis cette année, permet aux commerçants de choisir deux semaines supplémentaires de soldes en plus des deux périodes fixes de cinq semaines.

"Ces soldes flottants" ont retiré de la visibilité aux consommateurs, qui ne savent plus à quel moment acheter", juge Charles Melcer, président de la Fédération représentant les magasins indépendants.

Autre raison de l"attrait moins important pour ces soldes : la profusion des alternatives d"achat pour le consommateur. Les soldes ne sont plus la seule option pour faire des économies. Internet, ventes privées, magasins de déstockages, autant de moyens d"achats économiques que les clients privilégient de plus en plus afin d"éviter le « plein tarif ».

"Maintenant, quand on propose -40% sur un produit, les clients nous disent "c'est tout ce que vous faites?", indique M. Melcer.

Le prix du panier en baisse
Entre les 15 et 17 juillet, plus de trois cents commerçants interrogés lors d"une étude ont déclaré estimer que leur chiffre d"affaire est inférieur à celui de l"année précédente.

"Le nombre d'articles achetés et le prix du panier moyen sont en baisse: il est fini le temps où les clients achetaient deux ou trois paires de chaussures en même temps. Aujourd'hui, ils reviennent trois fois avant de se décider à acheter une paire à 29 euros", note la CCIP (Chambre de commerce et d'industrie de Paris).

Mais cette conclusion décevante aux soldes d"été n"est pas une si grande surprise. Depuis des mois déjà ce secteur enregistre des chiffres de ventes en deçà de 2008. Sur les six premiers mois de l'année, les indépendants ont vu leur chiffre d'affaires reculer de 5,1%, les grandes chaînes de 1,4% et les grands magasins de 1%, selon l'IFM (Institut Français de la mode).