L'Assemblée approuve le doublement de la taxe sodas

Des cannettes de soda photographiées à Paris le 8 septembre 2011.
Des cannettes de soda photographiées à Paris le 8 septembre 2011. (JOEL SAGET / AFP)

Elle passe d'un à deux centimes d'euros par canette. Les boissons avec édulcorants seront aussi taxées, selon le projet de loi approuvé vendredi à l'Assemblée nationale.

L'Assemblée nationale a approuvé, vendredi 21 octobre, l'instauration d'une taxe sur les sodas, dont le montant sera doublé par rapport au projet initial du gouvernement. Le projet de loi, qui doit encore passé au Sénat, instaure aussi une taxe sur les boissons contenant des édulcorants de synthèse.

La taxe sur les sodas, de 2 centimes d'euros par cannette de 33 cl, doit rapporter 240 millions d'euros. La moitié devrait financer la réduction des charges sociales dans l'agriculture. La taxe sur les boissons à édulcorants, un peu moins élevée, devrait elle faire gagner à l'Etat 40 millions d'euros, a indiqué la ministre du Budget, Valérie Pécresse. La moitié de ce montant sera affectée à la Caisse nationale d'assurance-maladie pour lutter contre l'obésité et le solde participera également à l'exonération de charges pour les salariés agricoles.

Une bouteille d'1,5 l jusqu'à 20 % plus chère

Une quarantaine de députés UMP ont déposé, mercredi, un amendement pour taxer davantage les boissons énergisantes comme le Red Bull. L'idée était, en plus d'apporter des sous à l'Etat, de dissuader les jeunes clients car ces boissons sont souvent mélangées à de l'alcool. Mais il n'a finalement pas été défendu en séance. 

Ces taxes sodas "ne modifieront aucun comportement", a dénoncé Jérôme Cahuzac, président socialiste de la commision des Finances de l'Assemblée. Le Syndicat national des boissons rafraîchissantes (SNBR), qui regroupe les principaux industriels des boissons sans alcool, juge de son côté que ces taxes vont juste pénaliser les consommateurs. "Pour une bouteille d'1,5 l, l'augmentation du prix de vente pourrait aller jusqu'à 20%", assure le syndicat. 

Vous êtes à nouveau en ligne