L'activité du secteur privé rebondit en décembre

L\'activité du secteur privé a affiché, en décembre 2014, sa meilleure performance depuis huit mois, annonce mardi 6 janvier 2015 la société d\'études économiques Markit.
L'activité du secteur privé a affiché, en décembre 2014, sa meilleure performance depuis huit mois, annonce mardi 6 janvier 2015 la société d'études économiques Markit. (CARLP778 / GETTY IMAGES / FLICKR RF )

L'indice composite PMI est passé à 49,7 points, tout près du seuil de 50 points qui signifierait une sortie de récession, annonce la société d'études économiques Markit.

L'année 2015 commence plutôt bien pour l'économie française. L'activité du secteur privé a affiché, en décembre, sa meilleure performance depuis huit mois, avec un indice composite PMI à 49,7 points, contre 47,9 points en novembre, a annoncé mardi 6 janvier la société d'études économiques Markit.

Cet indice établi en interrogeant des directeurs des achats de tous les secteurs (industrie et services) indique une reprise de l'activité. En s'établissant à 49,7, il s'approche du niveau de 50 points, qui signerait une sortie de récession. 

Difficultés pour l'ensemble de la zone euro

Cependant, la croissance a un peu accéléré en décembre dans la zone euro. La moyenne enregistrée pour l'ensemble du quatrième trimestre est la plus faible depuis plus d'un an, laissant craindre un recul de l'activité en 2015, a estimé mardi le cabinet Markit.

"Le PIB [de la zone euro] ne devrait ainsi progresser que de 0,1% au cours du 4e trimestre et, si la zone euro a pu éviter de justesse de retomber dans la récession au cours de l'année 2014, le risque demeure de voir le PIB se contracter en 2015", met en garde Chris Williamson, chef économiste de Markit.

Taux d'emprunt aux plus bas

Par ailleurs, les taux d'emprunt de la France et de l'Allemagne ont atteint de nouveaux plus bas historiques mardi 6 janvier au matin sur le marché obligataire en zone euro. Le taux à 10 ans de la France, qui évolue en sens inverse de la demande, s'est inscrit à 0,772% sur le marché secondaire où s'échange la dette déjà émise. Le taux à 10 ans de l'Allemagne est tombé à 0,484%.

En effet, après la controverse suscitée par la chancelière allemande sur une éventuelle sortie de la Grèce de la zone euro, la situation de la Grèce nourrit les inquiétudes des investisseurs. Dans ce contexte d'incertitudes, ces derniers ont tendance à privilégier les valeurs refuges comme les dettes française et allemande.