Jean-Cyril Spinetta passe la main à la direction d'Air France

(Radio France © France Info)

Après 11 ans à la tête d'Air France, Jean-Cyril Spinetta laisse les manettes de la compagnie aérienne à son numéro deux, Pierre-Henri Gourgeon, au 1er janvier 2009. Un changement de management dans la continuité car il reste président du holding franco-néerlandais Air France-KLM.

La nomination de M. Gourgeon, 62 ans, bras droit depuis 11 ans de M. Spinetta, dont il est très proche, est, selon les experts un moyen de préparer en douceur la succession du président. Les deux hommes se connaissent de longue date, issus tout deux des cabinets ministériels socialistes. Un conseil d'administration doit se tenir jdemain matin à Air France, puis à Air France-KLM l'après-midi, pour avaliser cette décision.

"Spinetta ne disparaît pas. Cela ressemble à une solution intérimaire d'un ou deux ans, avant de trouver quelqu'un de plus jeune", estime un analyste français. Tous les dossiers stratégiques, notamment les éventuelles fusions ou acquisitions, restent en effet dans les mains du charismatique patron qui garde les commandes de Air France-KLM.

Air France et sa partenaire néerlandaise KLM, qui ont fusionné en 2004, fonctionnent toujours comme deux compagnies à part entière, avec deux équipes dirigeantes distinctes. Elles sont chapeautées par la holding Air France-KLM, dont Jean-Cyril Spinetta est le PDG. Le mandat de M. Spinetta, en tant que PDG de cette holding court en théorie jusqu'en 2010, avec la possibilité d'être prolongé jusqu'à la limite d'âge de 70 ans, en 2013.

Lors du CCE, M. Spinetta a également fait part aux salariés de son pessimisme pour les mois à venir. "La situation du transport aérien ne va pas aller en s'améliorant. Les mois qui viennent vont être difficiles pour Air France et pour le transport aérien", selon M. Spinetta. Le ralentissement économique mondial et la récente flambée du pétrole pèsent sur les transporteurs aériens.

Caroline Caldier avec agences