VIDEO. Pologne : charbon mon amour

L’électricité polonaise provient à quelque 80% du charbon, et les mines font encore travailler 100 000 personnes. Le gouvernement n'aurait rien contre une image un peu plus verte… mais renoncer au charbon, voilà qui semble quasi impossible. Un reportage d'"Avenue de l'Europe".

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"Il n'y a aucune alternative à cette énergie. On n'a rien d'autre à la place, affirme-t-on à la mine de Wujek. Pendant des dizaines d'années, il n'y avait pas d'autre emploi. L'économie du pays s'est bâtie sur le charbon, aussi bien sous le régime communiste qu'après la chute du Mur." Cette mine historique est située à Katowice, justement là où se tiendra la 24e Conférence sur le climat, en décembre.

Quelque 80% de l’électricité polonaise provient du charbon. Les Polonais en sont les plus gros consommateurs en Europe, et les mines font encore travailler 100 000 personnes. En septembre 2018, le gouvernement a autorisé la construction d'une nouvelle centrale à charbon – la dernière, a promis le ministre de l'Energie.

Assurer l'indépendance énergétique 

Comment lutter contre le réchauffement climatique sans réduire la part d'une énergie fossile grande émettrice de gaz à effet de serre ? Le gouvernement polonais souhaite verdir un peu son image… mais renoncer au charbon, c’est impossible, pour des raisons à la fois historiques et politiques. 

Ni les politiques ni les citoyens, dans leur grande majorité, ne veulent remettre en cause cette énergie qui assure leur indépendance. Pourtant, 33 des 50 villes les plus polluées d’Europe se trouvent en Pologne, avec des épisodes de smog qui inquiètent les habitants et forcent les municipalités à réagir.

Un reportage d'Anne-Christine Roth et Guillaume Le Goff diffusé dans "Avenue de l'Europe" le 21 novembre 2018.

Vous êtes à nouveau en ligne