VIDEO. De l’Azerbaïdjan à l’Italie, un projet de pipeline pour réduire la dépendance de l'UE aux exportations de gaz russe

AVENUE DE L'EUROPE / FRANCE 3

Le 21 novembre, "Avenue de l'Europe" prépare la 24e Conférence des Nations unies sur le climat (elle se tiendra en décembre à Katowice, Pologne) sous l'angle de l'indépendance énergétique. Le magazine a enquêté sur un méga-projet stratégique pour l'Europe, conçu comme une alternative au gaz russe : un pipeline depuis l'Azerbaïdjan jusqu'en Italie.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Bakou, capitale de l'Azerbaïdjan, au bord de la mer Caspienne. L'ancienne République soviétique a toujours tiré sa richesse des hydrocarbures (et surtout du pétrole). La puissante compagnie pétrolière nationale veut maintenant écrire un nouveau chapitre avec le gaz. Objectif : augmenter ses exportations vers l'Union européenne en ouvrant une nouvelle route. "Avenue de l'Europe" a rencontré le patron de la Socar, pour State Oil Company of Azerbaijan Republic.

"On ne peut utiliser que trois passages, explique Elshad Nassirov devant une carte. A travers la Russie, à travers l'Iran, ou alors ce petit bout entre l'Azerbaïdjan, la Géorgie et la Turquie. C'est cela qu'on appelle 'le corridor sud'."

Le gaz d'Azerbaïdjan, nouvelle ressource pour l'Europe

"Le corridor sud que nous sommes en train de construire est le seul projet qui va fournir à l'Europe une nouvelle source de gaz", poursuit le Pdg. La première depuis des décennies. Selon l'industriel, qui ne croit pas au développement des énergies renouvelables pour ce siècle, "le gaz naturel, c'est l'énergie du XXIe siècle", c'est lui "qui procure l'énergie la plus propre pour l'Union européenne".

Ce gazoduc doit fournir 10 milliards de mètres cubes de gaz par an à une partie de l’Union européenne. Long de 3 500 kilomètres, le corridor gazier sud-européen qui reliera l'Azerbaïdjan à l'Italie traversera la Géorgie, la Turquie, la Grèce, l'Albanie, pour un coût de 45 milliards d’euros. Son dernier tronçon, le TAP (Trans Adriatic Pipeline), suscite un mouvement d'opposition dans le sud de l'Italie.

Extrait de "Gaz : le pipeline de l'indépendance", un reportage de Sandrine Feydel et Michel Anglade, à voir le 21 novembre 2018 dans "Avenue de l'Europe".

Vous êtes à nouveau en ligne