VIDEO. Bernard Gainnier : "L'intelligence artificielle est la quatrième révolution industrielle"

franceinfo

Invité de Jean-Paul Chapel dans ":l'éco", Bernard Gainnier, président de PwC France et Afrique francophone, révèle en avant première les résultats d'une étude sur l'intelligence artificielle. 

L'étude publiée aujourd'hui par PwC, qui est un cabinet d'audit et de conseil, nous apprend que l'impact de l'intelligence artificielle va être bien plus grand que celui d'internet. 

"C'est la quatrième révolution artificielle" estime Bernard Gainnier. "Plutôt que de parler d'intelligence artificielle je préfère parler d'intelligence augmentée. C'est la capacité technique que nous avons aujourd'hui en terme de capacité de calcul qui est très importante. Ce sont de gros ordinateurs qui utilisent beaucoup de données, ce sont les données qui sont le carburant de l'intelligence artificielle. Celle-ci permet de faire des prévisions, d'anticiper l'avenir." explique le président de PwC. 

Cette étude révèle que pour la plupart des entreprises, l'intelligence artificielle est fortement d'actualité. "Le paradoxe c'est que dans la vie quotidienne il y a plus d'intelligence artificielle que dans les entreprises. Elles sont en retards par rapport à l'expérience que leur propres collaborateurs ont aujourd'hui en matière d'intelligence artificielle" souligne Bernard Gainnier. 

La question AFP : "Le ré-endettement de certains pays d'Afrique est-il une préoccupation pour vous ?" 

"La vraie préoccupation ce sont les besoins d'investissements qu'il y a en Afrique. Elle a besoin d'investir pour organiser les villes. La métropolisation de l'Afrique est un enjeux majeur. Ils ont des besoins colossaux en matière démographique, il faut donc beaucoup plus d'argent pour traiter ces problématiques et ils n'en ont pas assez" répond Bernard Gainnier

L'interview s'est conclue sur la chanson "né quelque part" de Maxime Le Forestier. 

Vous êtes à nouveau en ligne