Renault-Nissan : Carlos Ghosn arrêté au Japon pour soupçons de malversations

Carlos Ghosn, grand patron de Renault - Nissan, a été arrêté au Japon. Il est accusé d'avoir sous-estimé ses revenus dans ses déclarations au fisc et d'avoir utilisé des biens de l'entreprise Nissan à des fins personnelles.

C'est la une de tous les médias japonais depuis quelques heures : Carlos Ghosn, le Français le plus connu de l'archipel, a été arrêté à Tokyo, au Japon. Le sauveur de Nissan aurait dissimulé une partie importante de ses revenus au fisc japonais. Dans un communiqué, le constructeur automobile, allié du Français Renault depuis près de vingt ans, affirme que Carlos Ghosn aurait également utilisé "à des fins personnelles des actifs de l'entreprise". Devant la gravité de ces deux accusations tirées d'une enquête interne, Nissan devrait rapidement débarquer Carlos Ghosn.

L'action Renault chute en bourse

Selon des chiffres publics, l'homme d'affaires français aurait touché près de 17 millions d'euros de salaire : 9,2 millions de la part de Nissan, et 7,4 millions de la part de Renault. Selon les médias japonais, le PDG de Nissan aurait dissimulé la moitié de ses revenus au fisc nippon durant plusieurs années. L'histoire de Carlos Ghosn, qui était il y a dix jours encore aux côtés d'Emmanuel Macron dans une usine Renault, c'est celle d'une formidable réussite dans le secteur de l'automobile. Ce Franco-Libano-Brésilien a rejoint Nissan en 1999. Nommé PDG en 2001, il sauve le groupe de la faillite.

Depuis 2005, celui qu'on surnomme le "cost-killer", le tueur de coûts, est également à la tête du Français Renault. Il y a deux ans, il élargit l'alliance Renault-Nissan à un autre constructeur japonais, Mitsubishi. En France, Carlos Ghosn avait été critiqué à plusieurs reprises pour le montant de son salaire. Aujourd'hui, l'un des PDG les plus célèbres au monde est dans la tourmente. Lundi 19 novembre au matin, l'action Renault s'est effondrée à la bourse.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne