Le groupement avec EDF remporte l'appel d'offres pour le parc éolien de Dunkerque

Le parc éolien de Bouin en Vendée, le 14 mai 2019.
Le parc éolien de Bouin en Vendée, le 14 mai 2019. (PHILIPPE ROY / PHILIPPE ROY / AFP)

Il s'agit d'un parc éolien d'une puissance de près de 600 MW et comptant environ 45 éoliennes.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Une bonne nouvelle pour la filière énergétique française. Le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, a annoncé, vendredi 15 juin, que le groupement EDF renouvelables, Innogy et Enbridge avait été retenu pour la construction et l'exploitation du parc éolien en mer au large de Dunkerque (Nord).

Alors que sept offres avaient été déposées pour ce parc, le groupement mené par EDF a été choisi notamment en raison du tarif proposé – inférieur à 50 euros/MWh –, un "prix garanti" pendant vingt ans, a indiqué François de Rugy en déplacement aux chantiers de l'Atlantique à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique).

Près de 500 000 foyers alimentés en 2026

D'une puissance de près de 600 MW et comptant environ 45 éoliennes, ce parc éolien dans la mer du Nord doit permettre de fournir en électricité 500 000 foyers à partir de 2026. "Il s'agit d'un tarif comparable aux meilleurs résultats européens, qui démontre la compétitivité de la filière française de l'éolien marin", a estimé François  de Rugy.

Le ministre a aussi annoncé que l'objectif fixé dans la programmation pluriannuelle de l'énergie avait été augmenté à 1 gigawatt par an pour les énergies marines renouvelables. "Nous prévoyons 1 gigawatt par an en faveur de l'éolien offshore au lieu des 700 mégawatts", a expliqué le ministre, confirmant les annonces d'Edouard Philippe lors de sa déclaration de politique générale cette semaine.

Vous êtes à nouveau en ligne