Le fabricant de dentelle Desseilles en souffrance

Malgré une offre d'un repreneur, les salariés de Desseilles risquent pour beaucoup de se retrouver sans emploi.

Mercredi 4 septembre, les salariés du fabricant de dentelles Desseilles à Calais (Pas-de-Calais) rencontraient pour la première fois un potentiel repreneur. Un industriel qui souhaite les fusionner avec Noyon, un autre dentellier. Principal obstacle à cet accord ? Il ne propose d'engager que 10 des 73 travailleurs. "On est les oubliés, les sacrifiés. On peut utiliser tous les qualificatifs que l'on veut mais c'est sur que là, nous, on se fait enterrer", s'insurge Renato Fragoli, délégué syndical CFTC My Desseilles. L'activité devrait être transférée vers le concurrent Noyon mais le repreneur s'engage à reprendre en priorité les travailleurs de Desseilles.

Des salariés payés à rien faire

Fondé en 1947, Desseilles a joué un rôle historique dans la production de dentelle. Racheté par un groupe chinois il y a 3 ans, cela n'a pas suffi pour éviter un nouveau redressement judiciaire. Les employés sont désormais salariés mais inactifs. "C'est la désolation. On a passé quand même plusieurs licenciements mais on avait toujours un petit peu de travail à faire. Tandis que là, on sait que c'est la fin", assure une travailleuse.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne