GM&S : le repreneur veut l'adhésion des salariés

FRANCE 3

Alain Martineau, le repreneur de l'usine GM&S de La Souterraine dans la Creuse, a pour la première fois rencontré les salariés de l'équipementier automobile en difficulté ce jeudi 27 juillet. Le tribunal de commerce de Poitiers (Vienne) se prononcera lundi sur son offre de reprise. 

Alain Martineau, seul candidat à la reprise de GM&S, était attendu depuis des semaines. Ce jeudi 27 juillet au matin, il se rend pour la première fois dans l'usine. "Je viens sauver 120 emplois, je ne viens pas casser 150 emplois. Je veux dire que, moi, je m'occupe de ceux qui restent ! En espérant qu'on va se développer et embaucher d'autres gens", a déclaré le PDG de GMD. "PSA et Renault ont donné des vues à 50 millions de chiffre d'affaires, donc on a le temps de s'organiser, de se développer, de regagner la confiance des clients et de repartir."

157 licenciements

Une opération séduction en direction des salariés... qui restent pourtant à l'écart. Trop d'élus, trop de médias. Alors ils écoutent le potentiel repreneur sur l'écran d'une caméra. "Il y aura 157 licenciés, alors on va pas l'accueillir avec le sourire", lâche un salarié. Cet après-midi, ils devront pourtant se prononcer pour ou contre l'offre de reprise, la seule sur la table. Pour sauver l'usine, Alain Martineau réclame l'adhésion des ouvriers . 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne