Fessenheim : quelles mesures après la fermeture de la centrale ?

FRANCE 2

Sébastien Lecornu a présenté le plan du gouvernement pour compenser la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin). Tout un territoire s'inquiète de perdre des emplois.

Jeudi 4 octobre, Sébastien Lecornu, le secrétaire d'État à la Transition écologique, a détaillé les mesures envisagées pour accompagner la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin). Une zone d'activités sera créée entre le port industriel de Rhénan de Colmar et la centrale : l'État investira 10 millions d'euros pour aménager la zone et 15 000 € seront versés pour chaque emploi créé. À la sortie de la centrale, cette annonce ne calme pas l'inquiétude des salariés, surtout ceux de la sous-traitance : "Les agents EDF auront une place, mais les prestataires non", estime l'un d'eux. Un garagiste installé dans une ville proche de Fessenheim est aussi inquiet, car il n'est pas dans la future zone d'aménagement : avec le départ des mille salariés de la centrale, il prévoit de perdre une partie de sa clientèle, sans compensation.

Une aide financière pour les collectivités locales

Les collectivités locales, elles, n'ont pas été oubliées : le gouvernement prévoit de leur verser 30 millions d'euros sur dix ans pour compenser la perte de rentrée fiscale. Une compensation intégrale sur trois ans puis dégressive, mais pour le maire de Fessenheim, le compte n'y est pas : "Ce sont juste des mesures d'accompagnement, d'assouplissement dans le temps de ce paiement, mais in fine on va payer. On demande une compensation pérenne et définitive". "Il faut avoir en tête que c'est inédit et ça sera financé par le contribuable français", rappelle Sébastien Lecornu. L'État investira 240 millions d'euros dans la création d'une gigantesque centrale solaire. Fessenheim fermera au plus tard en 2022.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne