Engie : Ia directrice du géant de l'énergie Isabelle Kocher, poussée vers la sortie ?

France 3

La directrice du géant de l'énergie Engie, Isabelle Kocher, va-t-elle être poussée vers la sortie ? Un conseil d'administration, qui lui est majoritairement hostile, doit décider de son sort jeudi 6 février. Que lui reproche-t-on ?

Mai 2016, Isabelle Kocher s'installe dans le fauteuil de directrice générale d'Engie. Normalienne, diplômée des Mines, elle est la première femme à diriger une entreprise du CAC 40. Elle évoque à l'époque, dans son discours d'intronisation, "un défi redoutable" à relever. Elle ne croit pas si bien dire. Le divorce est rapide avec Gérard Mestrallet, son mentor, qui reste à la présidence du conseil d'administration du géant de l'énergie.

Pour Yannick Jadot, l'État français "veut la débarquer"

Cette mère de famille de cinq enfants, âgée de 53 ans, impose aux 158 000 salariés sa vision axée sur le développement des énergies renouvelables. Ce verdissement du groupe à marche forcée, avec l'abandon des activités historiques, fait grincer des dents en interne. La situation était devenue invivable depuis des mois. Elle finit par tenter le tout pour le tout. Des personnalités de poids lui apportent leur soutien dans une tribune publiée à la fin du mois de janvier. "C'est une femme, patronne au CAC 40, qui engage un grand groupe énergétique vers la transition, l'efficacité et les énergies renouvelables. L'État français, à travers le président de la République et le ministre Bruno Le Maire, veut la sanctionner", affirme Yannick Jadot.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne