Énergie : les barrages d'EDF désormais ouverts à la concurrence

France 2

Les barrages français sont à vendre. Jusqu'alors exploités par EDF, ils sont désormais ouverts à la concurrence, que l'Europe réclamait depuis dix ans. 400 salariés d'EDF ont manifesté ce mardi 13 mars devant le Parlement européen.

Les barrages hydrauliques vont-ils s'ouvrir à la concurrence étrangère ? Les plus grands sites hydroélectriques parmi les plus rentables et les plus performants pourraient être exploités par des opérateurs privés. Devant le Parlement européen, à Strasbourg (Bas-Rhin), ce mardi 13 mars au matin, des électriciens opposés au projet. Aujourd'hui, la propriété des barrages hydrauliques appartient à 100% à l'État. Leur opérateur historique, EDF, en gère 85%. L'État est son actionnaire principal. Un quasi-monopole auquel la Commission européenne impose de mettre fin.

Une manne de 520 millions d'euros par an pour l'État

Parmi les 443 concessions accordées à EDF, 150 seraient ouvertes à la privatisation. Impensable, pour la députée PS Marie-Noëlle Battistel. Des entreprises de six pays sont déjà intéressées par l'exploitation du barrage de Bissorte, comme l'Allemagne ou encore la Chine. La priorité serait donnée aux Français par le gouvernement, qui se veut rassurant : la mise en concurrence ne dégradera pas la qualité de la gestion de sites. Selon la Cour des comptes, l'ouverture à la concurrence rapporterait 520 millions d'euros par an à l'État. Les premiers appels d'offres pourraient se faire dès la fin de l'année.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne