Emploi : sept entreprises françaises accusées de discrimination à l'embauche

FRANCE 2

Quarante entreprises ont été testées par une vaste étude sur la discrimination à l'embauche. Sept d'entre elles se sont fait épingler et ont vu leur nom révélé publiquement.

Trois fleurons français, Renault, Accor et Air France, sont pointés du doigt par le gouvernement, accusés de discrimination à l'embauche. Avec eux, quatre autres grands groupes ont été épinglés, Arkema, Altran, Sopra Steria et Rexel. Lors d'un testing, 10 000 candidatures ont été envoyées à 40 groupes tirés au sort. Dans les sept entreprises mises en cause, un nom à consonance française a 12,5% de chance d'obtenir une réponse positive, contre 9,3% pour un nom à consonance maghrébine.

Les entreprises ripostent

Accor, par exemple, avait déjà été accusé de discrimination à l'embauche il y a trois ans après un testing. L'entreprise avait alors promis d'améliorer la situation. Vendredi 7 février, le groupe s'est joint à cinq autres dans un communiqué. Ils soulignent "leur profond désaccord et leur indignation face aux faiblesses manifestes de la méthodologie utilisée". Air France, de son côté, dénonce que certaines candidatures soient spontanées.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne