Devant les actionnaires de Renault, Jean-Dominique Senard assure que l'État est responsable de la fusion avortée avec Fiat-Chrystler

Jean-Dominique Senard, en janvier 2019.
Jean-Dominique Senard, en janvier 2019. (RÉMI DUGNE / MAXPPP)

C'est Bercy qui à l'origine est à la manœuvre, a assuré le président de Renault.

C'est une assemblée générale des actionnaires de Renault un peu particulière qui s'est tenue mercredi 12 juin. Le président de Renault, Jean-Dominique Senard, a pour la première fois donné sa version des faits, quelques jours après l'abandon de la fusion avec Fiat-Chrystler. Il en fait porter la responsabilité à l'État actionnaire. Le patron de Renault n'y va pas avec le dos de la cuillère.

Il pose le contexte, la nécessité de s'activer face la montée en puissance du secteur automobile chinois. Un "tsunami", selon ses mots. Jean-Dominique Senard enchaîne : "Ceci pour le contexte. C'est-à-dire que lorsque le ministre de l'Économie et des Finances m'a suggéré, il y maintenant quelques mois, de prendre contact avec les dirigeants de Fiat-Chrystler, je l'ai fait. Nous avons, avec les équipes, abordé un travail tout à fait remarquable. Mais j'ai tout de suite réalisé qu'il y avait là une circonstance tout à fait intéressante pour Renault."

C'est donc Bercy qui à l'origine est à la manœuvre, dit-il. Le même État actionnaire qui ensuite refusera de voter en faveur du projet de fusion en conseil d'administration. "Il se trouve que ce soir-là, les représentants de l'Etat n'ont pas partagé cette analyse, et par conséquent, le vote n'a pas pu avoir lieu, poursuit Jean-Dominique Senard. Ce que, je vous dis franchement, me désole." Et Jean-Dominique Senard de conclure en forme de boutade : "Je n'ai pas l'habitude d'être comme une moule, c'est à dire sympathique mais muet."

Vous êtes à nouveau en ligne