Dépôt de résidus à Florange : "Aucun déversement d'acide pur n'a été effectué" assure ArcelorMittal

Les hauts fourneaux de l\'usine ArselorMittal de Florange (Moselle) ont été mis à l\'arrêt en avril 2013. Mais un témoignage pourrait être à l\'origine d\'un scandale sanitaire et écologique.
Les hauts fourneaux de l'usine ArselorMittal de Florange (Moselle) ont été mis à l'arrêt en avril 2013. Mais un témoignage pourrait être à l'origine d'un scandale sanitaire et écologique. (FRANCE 2)

Après avoir démenti le déversement d'acide dans la nature, puis avoir porté plainte contre X, le groupe ArcelorMittal publie mardi un communiqué dans lequel il révèle les résultats de son enquête interne. 

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

ArcelorMittal contre-attaque. "Aucun déversement d'acide pur n'a été effectué" que ce soit dans le centre de stockage de résidus à Florange (Moselle) ou dans la nature, a annoncé ArcelorMittal, mardi 25 juillet, par communiqué, en réponse aux accusations d'un employé d'une société de sous-traitance au début du mois.

Le numéro un mondial de l'exploitation sidérurgique et minière a rendu ses conclusions après une enquête interne "approfondie". Le directeur général d'ArcelorMittal Atlantique et Lorraine, Éric Niedziela, assure que cette enquête "conclut à l'absence de fraude et de pollution" et qu'"aujourd'hui 97% des résidus du site de Florange sont recyclés ou valorisés".

Analyse des sols et des eaux de surface

Après avoir effectué des analyses des sols et des eaux de surfaces mais aussi des eaux souterraines dans la zone concernée, le constat est clair pour le groupe sidérurgique : "l'absence de déversement d'acide" et '"l'absence d'impact sanitaire ou environnemental".

ArcelorMittal explique également que la vidéo publiée il y a quelques semaines montre un "mélange de boues d'hydroxyde de fer qui contient du chlorure et qui est légèrement acide par nature." Ces boues seraient "non-dangereuses" selon le groupe, qui explique que la vapeur vue sur la vidéo est due à la différence de température entre le mélange, qui peut atteindre 30°C, et la température extérieure qui était comprise entre -3 et 3°C le jour de la vidéo. Dans cette affaire, le groupe sidérurgique a porté plainte contre X. Le parquet de Thionville a ouvert de son côté une enquête préliminaire pour atteinte à l'environnement. 

Vous êtes à nouveau en ligne