"Cash Investigation" : les dérives de la pêche industrielle

FRANCE 2

Le système DCP, dont les pêcheurs français abusent dans l'océan Indien, met en danger la survie des thons et d'autres poissons ou espèces marines.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Un reportage de "Cash Investigation", diffusé mardi 5 février, s'attaque aux dangereuses pratiques des pêcheurs français dans l'océan Indien. D'abord, ils encerclent leurs proies avec un énorme filet qui ramasse tout, sans distinction. Les thons et les autres poissons se débattent, la mer devient rouge sang. Avec une salabarde, une grande épuisette, toute la pêche est remontée sur le pont.

"Un véritable gâchis"

Henri a travaillé sur des thoniers. À maintes reprises, il a assisté à ces captures à grande échelle. "La salabarde remonte cinq tonnes de poissons, tous confondus. Il y a un tri qui est fait sur le pont de manœuvre arrière par l'équipage. On va trouver toutes les espèces : requins, merlans, espadons, raies", explique-t-il. "Toutes les espèces qui ne les intéressent pas sont mises sur le pont. Ils ne s'en occupent qu'une fois que le filet est remonté", précise-t-il. Des poissons qui vont donc mourir sur le pont.

Le gaspillage de la ressource se poursuit dans les cales du bateau. Le thon est envoyé directement vers les cuves. Les autres espèces sont rejetées, parfois vivantes, mais très souvent mortes. "C'est un véritable gâchis. On est en train de massacrer tout ce système pour que les compagnies puissent pêcher, avec aucun respect pour la nature ou l'océan", déplore Henri. La pratique est pourtant légale.

Un reportage à retrouver en intégralité, mardi 5 février à 21h05, dans "Cash Investigation".

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne