"On peut vivre avec le reste sans penser à économiser pour payer ses impôts" : le prélèvement à la source satisfait une majorité de Français

Une feuille de paye avec une ligne supplémentaire pour le prélèvement à la source. 
Une feuille de paye avec une ligne supplémentaire pour le prélèvement à la source.  (PLAVAUD / MAXPPP)

Selon un sondage, 63% des Français estiment que le prélèvement à la source est un succès. Un sondage qui se vérifie dans les entreprises. 

"Comme j'étais mensualisé avant, ça ne change pas grand-chose". Selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro, 63% des Français qualifient la réforme du prélèvement à la source de "succès".  Un sondage qui se vérifie dans les entreprises, comme à Gexpertise, une société de géomètre-expert basée à Sèvres dans les Hauts-de-Seine qui emploie 130 salariés. 

Des simulations dès octobre pour s'habituer

A la machine à café dans cette entreprise, certains salariés préfèrent rire du prélèvement à la source. "C'était très simple parce que c'est ma femme qui s'en charge", rigole un homme. D'autres ne retiennent que les bons côtés de la réforme. "Pour moi, c'est plus facile. Les impôts sont partis et on peut vivre avec le reste, sans penser à économiser pour payer ses impôts ensuite". 

Dans cette entreprise, on avait bien anticipé la réforme explique Isabelle Gommard, la DRH de l'entreprise. "Fin octobre, on a fait une communication. Pour que les gens puissent s'approprier l'information, on a fait des simulations sur la paie. Tout s'est bien passé poursuit la DRH, "on n'a pas eu de bugs", mais elle reconnaît qu'elle a été aidée par le calendrier. "Le mois de janvier a eu une particularité puisque nous avons choisi de mettre en place une prime pour le pouvoir d'achat de 500 euros, ça a sans doute pu atténuer l'impact, le temps qu'ils prennent conscience que leur net est moindre."

Situation plus compliquée pour les indépendants 

Iris Fernandez est infirmière libérale à Montrouge près de Paris. Elle déplore un manque d'anticipation. Elle affirme qu'elle a dû se débrouiller toute seule. "On ne m'a rien expliqué. J'ai découvert ça quand j'ai fait la déclaration au printemps dernier, regrette-t-elle. Pour payer les premiers prélèvements, j'ai pris sur mes économies parce que mes revenus sont fluctuants". 

Iris explique que les années précédentes, elle payait au tiers. "Pour moi, c'est un peu dur", raconte l'infirmière. "Si je gagnais plus, je mettais de côté. Pour moi c'était plus souple avant", conclut-elle. Pour les indépendants, la mise en place du prélèvement à la source n'a pas changé grand-chose, c'est à partir des revenus déclarés au printemps que l'administration fiscale calcule le montant des acomptes qui seront prélevés à compter de l'année suivante. La seule nouveauté finalement, c'est que, comme pour les salariés, en cas de variation de revenus, les taux peuvent être revus à la hausse ou à la baisse en cours d'année.

Plus de 700 000 demandes de changements de taux 

Selon un décompte que les impôts ont effectué pour franceinfo, le site internet pour gérer son prélèvement à la source a enregistré plus de sept millions de connexions depuis le début de l'année. La plate-forme téléphonique a reçu plus de deux millions d'appels. 

Depuis le début de l'année, les impôts ont enregistré près de 440 000 changements de taux à la baisse et 340 000 à la hausse. Depuis la mi-février, il y a plus de modulations à la hausse, les Français veulent s'éviter des mauvaises surprises en septembre quand les impôts réactualiseront tous les taux. 

Vous êtes à nouveau en ligne