La France championne d'Europe des impôts ? Oui, mais ces prélèvements "permettent de financer toute une panoplie de prestations sociales"

Pour la troisième année de suite, la France est le pays européen où la taxation représente la part la plus importante du PIB, d\'après Eurostat. 
Pour la troisième année de suite, la France est le pays européen où la taxation représente la part la plus importante du PIB, d'après Eurostat.  (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

D'après Eurostat, la France est le premier pays européen en termes de taxation. L'avocat fiscaliste Jean-Yves Mercier répond aux questions de franceinfo. 

En pleine mobilisation des "Gilets jaunes", ces chiffres d'Eurostat risquent de trouver un écho important. D'après l'organisme d'études statistiques de l'UE, la France est la championne d'Europe des impôts pour la troisième année consécutive. La taxation y représentait 48,4% du PIB en 2017, contre 40,2% pour la moyenne européenne. Pour expliquer ce chiffre, franceinfo a interrogé Jean-Yves Mercier, avocat honoraire et membre du Conseil des fiscalistes. 

Franceinfo : La France est le pays européen où la part des recettes fiscales en pourcentage du PIB est la plus élevée. Est-ce que ça veut dire que la France est le pays européen où l'on demande le plus aux habitants ? 

Jean-Yves Mercier : Globalement, oui, c'est le cas. Mais qu'est-ce qui alimente les caisses publiques ? Ce sont d'une part les impôts et, d'autre part, ce qu'on appelle les cotisations sociales. Ces dernières permettent de financer toute une panoplie de prestations sociales : les allocations familiales, le minimum vieillesse, les allocations pour le logement ou le chômage. Dans le détail, la France doit sa première place à l'importance des cotisations sociales, qui représentent 18,8% du PIB, contre 13,3% en moyenne dans l'Union européenne. 

Cela veut donc dire que la France est le pays où il y a le plus d'avantages sociaux ? 

Oui, c'est assez net. L'argent des cotisations sociales est redistribué aux cotisants de façon tout à fait efficace et objective.

La couverture sociale française est beaucoup plus généreuse que celles de nos voisins.Jean-Yves Mercier, membre du Conseil des fiscalistesà franceinfo

Les impôts sur le revenu et le patrimoine représentent au contraire 12,8% du PIB en France, contre 13,1% en moyenne à l'échelle européenne. Est-ce que ça signifie que les propriétaires sont bien lotis en France ? 

Pas du tout. Lorsqu'on se plonge dans le détail des catégories, on se rend compte que la France se distingue par un taux de prélèvement très élevé de l'immobilier et du patrimoine. Beaucoup plus qu'à l'étranger. C'est aussi le cas pour la taxation de la production des entreprises. A l'inverse, la tendance est moins nette en ce qui concerne les impôts sur le revenu. Mais globalement, il est important de ne pas en déduire que le patrimoine est moins taxé en France qu'ailleurs. C'est tout l'inverse.

Emmanuel Macron s'est fixé comme objectif d'alléger la fiscalité, mais pourtant la France est encore et toujours la championne européenne... 

Ces chiffres d'Eurostat concernent 2017, l'année d'entrée en fonction d'Emmanuel Macron. Le gouvernement prévoit bien de faire retomber le taux global des prélèvements obligatoires. Pour donner un exemple : il est envisagé de remplacer le CICE par une réduction des cotisations patronales pour les entreprises. Dans le budget de 2019, le Trésor public va perdre 20 milliards d'euros. Cela représente environ 0,8% des prélèvements obligatoires. Il faudra donc voir si ce classement d'Eurostat évolue dans les prochaines années. 

Vous êtes à nouveau en ligne