VIDEO. Pollution, terrorisme et paradis fiscaux : les "trois objectifs" de Hollande pour son dernier G20

François Hollande est arrivé dimanche à Hangzhou, dans l'est de la Chine, pour participer au dernier sommet du G20 de son quinquennat. Voici ce qu'il entend y plaider.

L'avion présidentiel s'est posé sur l'aéroport de Hangzhou. François Hollande est arrivé dans l'est de la Chine, dimanche 4 septembre, pour participer au dernier sommet du G20 de son quinquennat. Le chef de l'Etat a "trois objectifs" pour ce sommet. Le premier : faire ratifier le plus vite possible l'accord de Paris sur le climat conclu en décembre lors de la COP21. Le deuxième : lutter contre le financement du terrorisme. Et le troisième : lutter contre les parafis fiscaux et l'optimisation fiscale.

Plus d'échanges entre les administrations fiscales

Samedi, avant même l'ouverture de ce sommet, les Etats-Unis et la Chine, principaux pollueurs de la planète, ont ratifié samedi l'accord l'accord mondial sur le climat conclu en décembre comme le souhaitait vivement la France, artisan de cet accord. Cette ratification "ouvre la voie à [son] entrée en vigueur" à "la fin de l'année", s'est félicité François Hollande.

François Hollande n'est pas seul à plaider pour plus de coopération contre l'évasion et l'optimisation fiscale dans la foulée des révélations des Panama Papers et alors que la Commission européenne a condamné le groupe américain Apple à rembourser à l'Irlande plus de 13 milliards d'euros. Samedi, des ministres du G20 ont appelé à renforcer la coordination de leurs administrations fiscales et les échanges d'informations financières, pour enrayer les pratiques d'optimisation agressive des multinationales et offrir une stabilité accrue aux investisseurs.

Vous êtes à nouveau en ligne