VIDEO. Comment Londres lutte contre l'évasion fiscale de Google

France 2 - Jacques Cardoze et Nicolas Haméon

Le groupe américain n'a payé que 16 millions de dollars d'impôts au Royaume-Uni entre 2006 et 2011, alors que son chiffre d'affaires a été de 18 milliards sur la même période.

Le géant du numérique Google a installé son siège social à Dublin (Irlande). Ses bénéfices naviguent entre les Bermudes et les Pays-Bas, et au final, son taux d'imposition est très bas. Le groupe américain n'a payé que 16 millions de dollars (12 millions d'euros) d'impôts au Royaume-Uni entre 2006 et 2011, alors que son chiffre d'affaires a été de 18 milliards de dollars (13,5 milliards d'euros) sur la même période, selon un rapport parlementaire britannique.

Nos confrères de France 2 à Londres (Royaume-Uni) ont rencontré un ancien directeur des ventes de Google, qui évoque ce système d'évasion fiscale. "Google fait tout pour ne pas payer d'impôts en prétendant ne rien vendre en Grande-Bretagne ou en changeant un nom sur le contrat, le faisant passer de Google à Google Irlande", explique Barney Jones. Selon Matt Brittin, vice-président de Google, interrogé la semaine dernière par une commission parlementaire, les employés britanniques ne s'occupent que de promotion et non de ventes, ce qui limite considérablement les exigences fiscales qui pèsent sur le groupe.

Le gouvernement britannique a dans le collimateur les groupes qui ne paient quasiment pas d'impôts, malgré une activité florissante, de Starbucks à Google en passant par Amazon ou Apple, grâce à des artifices comptables.

Vous êtes à nouveau en ligne