Cristiano Ronaldo empêtré dans les "Football Leaks" : l'affaire résumée en trois questions

Cristiano Ronaldo pendant le match Portugal-Pays de Galles de l\'Euro 2016, le 6 juillet 2016 à Lyon.
Cristiano Ronaldo pendant le match Portugal-Pays de Galles de l'Euro 2016, le 6 juillet 2016 à Lyon. (REUTERS)

Le Portugais est accusé d'avoir dissimulé 150 millions d'euros dans les paradis fiscaux. Son club, le Real Madrid, a dû voler au secours du joueur.

En ce jour de Ligue des champions, le Real Madrid reçoit, mercredi 7 décembre, le Borussia Dortmund avec l'espoir de reprendre la première place de son groupe. Ce n'est pourtant pas pour encourager ses joueurs que le club a publié un communiqué, tard mardi soir, mais pour soutenir son attaquant-star Cristiano Ronaldo, empétré dans les "Football Leaks". Franceinfo résume ce que l'on sait de cette vaste affaire d'évasion fiscale.

Que lui reproche-t-on ?

La tempête des "Football Leaks" s'est abattue sur Cristiano Ronaldo, vendredi 2 décembre, après la parution d'une enquête d'un consortium de 12 médias européens. Plusieurs dizaines de noms de footballeurs, d'entraîneurs et de dirigeants ont ainsi été rendus publics. Tous ont un point commun : ils sont soupçonnés d'évasion fiscale.

A lui seul, Cristiano Ronaldo est accusé d'avoir "dissimulé 150 millions d'euros dans les paradis fiscaux, grâce à des montages offshore passant par la Suisse et les îles Vierges britanniques", affirme le consortium, European Investigative Collaborations (EIC), dont fait partie Mediapart.

Les documents sur lesquels les journalistes ont travaillé montreraient comment le joueur portugais "a encaissé, en toute discrétion, un total de 149,5 millions d'euros de revenus de sponsoring dans des paradis fiscaux ces sept dernières années". Sur ces droits d'image, "l'attaquant n'a payé que 5,6 millions d'euros d'impôts. Soit à peine 4%, et sans être poursuivi pénalement", affirme l'EIC.

Comment réagissent le joueur et son équipe ?

Dans un communiqué diffusé vendredi, la société Gestifute de Jorge Mendes, l'agent de Ronaldo, a contesté toute pratique délictueuse. Le Portugais n'a pas été "impliqué dans des procédures judiciaires de la commission de fraude fiscale", assure-t-elle. L'attaquant a publié samedi soir un certificat du Trésor public espagnol selon lequel il serait à jour de ses obligations vis-à-vis du fisc.

Son club avait depuis gardé le silence mais a finalement fini par prendre la plume, mardi peu avant minuit, a rédigé un très court communiqué. Sept lignes, pas plus, pour prendre position en faveur de la vedette. "Le Real Madrid exige le plus grand respect pour un joueur comme Cristiano Ronaldo, défend le club. Son comportement a été absolument exemplaire durant toute sa trajectoire dans notre club."

Quelques heures avant la publication de ce communiqué, c'est Sergio Ramos, le capitaine du Real Madrid, qui s'était exprimé en conférence de presse. Selon le défenseur, pas de doute, ces révélations n'ont qu'un seul but : nuire à l'équipe entraînée par Zinédine Zidane. "Il y a sans doute du vrai et du faux, on essaie de déstabiliser le groupe au moment où nous sommes au mieux, affirme-t-il. Mais je ne crois pas que cela aura la moindre importance."

Que risque Cristiano Ronaldo ? 

"Un contrôle fiscal a été lancé sur les revenus 2011-2013" de Ronaldo et selon ses avocats "une inspection du fisc espagnol" est "toujours en cours", assure l'EIC. Samedi, c'est-à-dire quelques heures seulement après le début du scandale, le secrétaire d'Etat espagnol au Budget a annoncé à la radio que le Trésor public allait "réaliser les inspections opportunes" pour faire toute la lumière sur la situation fiscale du triple Ballon d'Or, "comme nous le faisons avec l'ensemble des Espagnols". "Les informations dont dispose le ministère du Budget correspondent à celles qui ont été portées à notre connaissance par les médias", a-t-il précisé.

Vous êtes à nouveau en ligne