Prélèvement à la source : les PME pour son enterrement

Parmi les premières mesures annoncées par Emmanuel Macron : la volonté de reporter le prélèvement à la source. Un soulagement pour les PME.

Des boulangeries comme celle-ci, cette chef d’entreprise en dirige une petite dizaine. Elle emploie une centaine de salariés. Son inquiétude, le prélèvement de l’impôt sur le bulletin de salaire sera-t-il maintenu en janvier 2018 ? La difficulté serait de gérer la réaction des salariés devant la baisse de leurs revenus. "On va être obligés de passer beaucoup de temps à leur expliquer pourquoi leur salaire a baissé, pourquoi leur collègue ne gagne pas pareil, on rentre dans des histoires fiscales, c’est n’importe quoi", assure Sophie Duprez, dirigeante chez Crousti-pain. Emmanuel Macron va lancer un audit sur le prélèvement à la source pour le maintenir ou pas l’an prochain.

Incursion dans la vie privée

Si la réforme est confirmée, les impôts communiqueront à l’entreprise des informations sur le salarié, d’autres revenus éventuels. Un changement redouté, comme l’explique Christelle Arthuis, salariée chez Crousti-pain : "On a l’impression que l’employeur va rentrer dans notre vie privée, va savoir notre patrimoine, financièrement, tout ce que l’on peut posséder ." Cependant, les salariés pourraient exiger que la confidentialité soit respectée en régularisant ensuite auprès des impôts. Résultat : des bulletins de salaire plus compliqués à établir, différents d’un salarié à l’autre, un souci pour la comptable. "J’attends d’avoir une formation, c’est flou et très inquiétant", regrette Jenny Ribeiro, comptable.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne