"Il n'y aura pas de nouvel impôt pendant le quinquennat", y compris pour compenser la taxe d'habitation, promet Bruno Le Maire

Le ministre de l\'Economie et des Finances Bruno Le Maire lors d\'une conférence de presse à Bercy, le 11 janvier 2018.
Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire lors d'une conférence de presse à Bercy, le 11 janvier 2018. (ERIC PIERMONT / AFP)

Jeudi, la ministre Jacqueline Gourault avait évoqué "un impôt plus juste" qui compenserait la disparition de la taxe d'habitation, avant de faire marche arrière.

"Il n'y aura pas de nouvel impôt pendant le quinquennat" : c'est l'engagement pris par le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, vendredi 12 janvier sur RMC et BFMTV. Une réaction au couac de la veilleJacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l'Intérieur, avait évoqué la création d'"un impôt plus juste" qui compenserait la disparition de la taxe d'habitation, avant de faire marche arrière.

Jeudi, dans l'émission "Questions d'info" sur LCP-franceinfo-Le Monde-AFP, Jacqueline Gourault avait appelé de ses vœux un nouvel impôt, et avait même affirmé : "On commence les discussions dès maintenant."

Un peu plus tard, sur Twitter, elle avait finalement assuré que la taxe d'habitation ne serait "pas remplacée par un autre impôt", mais que "la fiscalité locale sera[it] entièrement repensée", sans plus de détails.

Une promesse de campagne d'Emmanuel Macron

Vendredi, Bruno Le Maire a par ailleurs confirmé que la taxe d'habitation serait "supprimée totalement", et pas seulement pour 80% des ménages, comme l'avait promis Emmanuel Macron lors de sa campagne, "dès que nous aurons toutes les indications sur la manière dont on peut compenser pour les collectivités locales. Le plus tôt sera le mieux."

Le fait de ne pas créer de nouvel impôt durant son mandat était une promesse de campagne d'Emmanuel Macron. En avril, sur BFMTV, il avait déclaré : "Je m'engage : il n'y aura aucun impôt nouveau."

Vous êtes à nouveau en ligne