Hollande annonce des baisses d'impôts, l'opposition dénonce des promesses électorales

Le maire de Nice (Alpes-Maritimes), Christian Estrosi, pendant un discours à l\'occasion d\'un meeting Les Républicains, dans sa ville, le 19 juillet 2015. 
Le maire de Nice (Alpes-Maritimes), Christian Estrosi, pendant un discours à l'occasion d'un meeting Les Républicains, dans sa ville, le 19 juillet 2015.  (VALERY HACHE / AFP)

Des élus des Républicains ont fustigé "des promesses que les socialistes sont incapables de tenir".

En déplacement jeudi dans l'Isère, François Hollande a annoncé qu'"il y aura des baisses d'impôts quoi qu'il arrive en 2016". Mais dans l'opposition, on se refuse de croire à une bonne nouvelle. A droite, ainsi qu'à sa gauche, le président de la République a aussitôt été critiqué pour cette baisse d'impôts qu'il envisage grâce à une reprise annoncée de la croissance.

Sur Twitter, le maire de Nice Christian Estrosi (Les Républicains) et l'ancien Premier ministre de Jacques Chirac, Jean-Pierre Raffarin, ont fustigé "des promesses [que les socialistes] sont incapables de tenir".

Invité d'i-Télé, le député du Rassemblement bleu marine Gilbert Collard, proche du Front national, a fustigé une "imposture", rapporte Le Figaro, rappelant que le président pourrait être candidat à sa réélection en 2017, si le chômage baisse. "Avec des 'si', [François Hollande] met tous les électeurs dans les urnes. Il est en plein dans la campagne électorale, il est obsédé, il navigue dans une urne, il dort dans une urne, il est une urne ambulante mais je crains qu'à l'arrivée elle ne soit funéraire", a attaqué l'élu.

Baisser les impôts : "pas obligatoirement une bonne nouvelle"

Cette "promesse peut-être difficile à tenir en tout état de cause si la croissance n'est pas là", a réagi le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly, interrogé par France Inter. "Est-ce que tous les moyens sont pris pour que la croissance s'amplifie ? Je n'en suis pas sûr avec la ligne économique qui est suivie", a-t-il ajouté.

Les baisses d'impôts promises par François Hollande ne sont "pas obligatoirement une bonne nouvelle", a-t-il enfin nuancé, regrettant l'absence d'une "grande réforme fiscale" : "Nous, nous réclamons depuis longtemps une grande réforme fiscale (...) qui remette au centre l'impôt sur le revenu", a-t-il expliqué. "Je ne pense pas qu'annoncer d'une manière générale des baisses d'impôts soit la chose à faire en matière de fiscalité."

Vous êtes à nouveau en ligne