Dany Boon porte plainte après l'enquête de Mediapart sur ses pratiques fiscales

L\'acteur Danny Boon au Festival de Cannes (Alpes-Maritimes), le 13 mai 2018.
L'acteur Danny Boon au Festival de Cannes (Alpes-Maritimes), le 13 mai 2018. (MAXPPP)

En janvier, Mediapart avait révélé que l'artiste a investi dans des fonds spéculatifs en passant par des paradis fiscaux. L'humoriste a affirmé que ces activités étaient légales.

L'acteur, réalisateur et humoriste Dany Boon a porté plainte contre X notamment pour vol et recel de documents personnels. Cette plainte a entraîné l'ouverture d'une enquête préliminaire, après la publication en janvier d'une enquête-vidéo de Mediapart mettant en doute son "patriotisme fiscal", a-t-on appris vendredi 19 avril.

Mediapart avait révélé que l'artiste a investi dans des fonds spéculatifs en passant par des paradis fiscaux en contradiction, selon le site, avec sa communication sur le patriotisme fiscal, sans évoquer pour autant de fraude fiscale. L'enquête s'appuyait sur des documents détaillant son patrimoine, que Mediapart s'était procurés. L'humoriste avait affirmé quelques jours après la publication de cette vidéo que toutes ses économies étaient légalement placées "et déclarées dans le strict respect du droit et du devoir fiscal", sans commenter directement les informations de Mediapart.

"Démasquer les sources"

L'un des avocats de Dany Boon, Marie-Alix Canu-Bernard, a assuré que cette plainte ne visait pas directement le journal en ligne."Une plainte pour vol, violation du secret professionnel, atteinte au secret des correspondances et recel de ces délits a été déposée contre X et non contre Mediapart. Je ne comprends pas pourquoi Mediapart se sent concerné par cette plainte", a-t-elle déclaré.

Dans le cadre de cette enquête, deux journalistes de Mediapart et le réalisateur de la vidéo incriminée ont été entendus ce lundi par la police judiciaire, a ajouté le site d'information. Selon Fabrice Arfi, coresponsable des enquêtes à Mediapart, cette plainte n'a qu'un objectif : démasquer les sources qui ont permis au journal en ligne de mener son enquête.

Dany Boon, qui a "refusé de répondre pendant des mois à nos questions, ne conteste aucune des informations que nous avons rendu publiques dans cette enquête vidéo", assure-t-il, mais "il conteste le fait que nous ayons pu les rendre publiques" et a "délibérément" choisi de "contourner le droit de la presse pour poursuivre Mediapart", écrit le journaliste sur le site d'informations.

Vous êtes à nouveau en ligne