VIDEO. Une éventuelle suppression des APL pour les non-boursiers inquiète les étudiants

CYRIL ZHA, MAUGAUX MANIERE et MATTHIAS BARROIS - FRANCE 2

La secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur a cependant démenti la mise en place de cette mesure.

La suppression de l'aide personnalisée au logement (APL) pour les étudiants non-boursiers "n'est pas à l'ordre du jour", a assuré lundi 14 avril la secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur. "Il n'est pas question que l'on touche à la qualité de vie des étudiants, car ça conditionne leur réussite", a-t-elle expliqué. Geneviève Fioraso réagissait à une information du JDD selon laquelle le gouvernement réfléchissait à cette piste pour contribuer aux 50 milliards d'euros d'économies qu'il veut réaliser. 

"Pour moi, ce serait catastrophique"

Plusieurs organisations étudiantes comme l'Unef, la Fage et l'UNI se sont inquiétées à l'évocation de ce scénario. "Pour moi, ce sera quelque chose de catastrophique. Cela veut dire que je devrais travailler à côté", confie une étudiante parisienne bénéficiaire de l'APL. "J'aurais du mal à garder mon appartement sur Paris", explique une autre jeune fille. Pour le président de la Fage, la Fédération des associations générales étudiantes, cette mesure, si elle était prise, réduirait le nombre d'étudiants, car elle toucherait de plein fouet les classes moyennes

Vous êtes à nouveau en ligne