VIDEO. Martinique : le piège des défiscalisations

Le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault est arrivé en Martinique mercredi 26 juin où il devrait annoncer un réajustement ou un rabotage des niches fiscales dont bénéficie l'immobilier ultramarin. Elles ont favorisé des projets mais généré aussi beaucoup d'excès, notamment en Martinique.

La défiscalisation est un atout incontournable pour l'immobilier en Martinique. Mais par le passé, elle a conduit à des dérives. Elle a notamment provoqué une bulle immobilière. "A cause de la défiscalisation, on était arrivés à des excès (...). Beaucoup de Martiniquais ne pouvaient plus acheter ici, explique Eric Stoikovitch, le vice-président de la Chambre syndicale des agents immobiliers. Aujourd'hui, les règles ont été durcies et la défiscalisation sert désormais à construire des logements sociaux. Près de Fort-de-France, 95 appartements HLM sont en construction. Un chantier de 15 millions d'euros financé à 30% par la défiscalisation. "Sans cette défiscalisation, l'opération n'aurait pas pu voir le jour parce qu'aucune matière première n'est produite localement. Tout est importé", souligne Monique Séphocle, PDG de l'entreprise Setim, maître d'ouvrage du chantier.

La défiscalisation entre Outre-Mer coûte à l'Etat plus d'un milliard d'euros par an. Mais rien qu'en Martinique, plus de 10 000 demandes de logement sont en attente et le taux de chômage y est deux fois et demi plus élévé qu'en métropole. Plus de 60% des jeunes serait au chômage. Le dispositif fiscal permettrait ainsi d'attenuer la crise du logement et celle qui sévit dans le BTP.

Le gouvernement pourrait réduire les avantages liés à la défiscalisation pour faire des économies. Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, qui est arrivé en Martinique mercredi 26 juin, devrait faire des annonces dans ce sens. Mais cette réforme pourrait déclencher la colère des élus et des insdustriels locaux.

 

 

 

 

 

Vous êtes à nouveau en ligne