APL : la difficile réforme d'Emmanuel Macron

France 3

La réforme des APL n'entrera pas en vigueur le 1er janvier 2020 comme prévu au départ. Elle est reportée au 1er avril et vise à prendre en compte les revenus en temps réel. Mais elle est délicate à mettre en oeuvre et contestée politiquement.

Le communiqué est venu jeudi 26 décembre du ministre du Logement, Julien Denormandie. Obtenir un meilleur niveau de fiabilité pour les allocataires : voilà la raison du report de l'entrée en vigueur de la réforme des APL. Un report d'un trimestre demandé à priori par la Caisse nationale des allocations familiales (CAF) pour des retards informatiques liés au changement de mode de calcul. Mais, pour Jean-Yves Mano, ancien élu socialiste président d'une association de défense des consommateurs, le report n'a qu'un but : appliquer la réforme, qu'il juge impopulaire, après les municipales.

Des aides modulées en fonction des revenus des 12 derniers mois

"Potentiellement, on comprend bien le pourquoi des choses dans la mesure où il y a plus d'un million de ménages qui toucheront moins ou plus du tout d'aides au logement. Le gouvernement s'obstine depuis plusieurs années à pénaliser les familles qui touchent des aides au logement", explique-t-il. Dès le 1er avril 2020, elles seront modulées en fonction des revenus des 12 derniers mois.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne