Des cagnottes lancées pour aider Benjamin Griveaux à s'offrir un toit à Paris, après ses propos sur le prix du m2 "trop cher"

Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, le 19 décembre 2018 à Paris.
Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, le 19 décembre 2018 à Paris. (LUDOVIC MARIN / AFP)

"Je gagne très bien ma vie et je ne me plaindrai jamais", a affirmé le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux. Deux jours plus tôt, il avait confié être toujours locataire car "à Paris le prix du mètre carré est trop cher".

"Un toit pour Griveaux", "Pour que Benjamin Griveaux soit enfin propriétaire", "Pour permettre à Benjamin Griveaux de s'acheter un duplex de 300 m2"... Quelques cagnottes en ligne ont été lancées sur la plateforme Leetchi, jeudi 17 et vendredi 18 janvier, à la suite des propos de Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement. Dans une interview accordée à Brut mercredi, il confiait être toujours locataire car "à Paris le prix du mètre carré est trop cher".

Ces initiatives, à prendre au second degré, n'ont récolté que peu de succès, contrairement aux cagnottes lancées en soutien à Christophe Dettinger, l'ancien boxeur accusé d'avoir frappé des gendarmes, ou aux forces de l'ordre. Par exemple, onze personnes ont contribué à la cagnotte "Un toît pour Griveau!" (sic), qui atteignait 13,24 euros samedi après-midi.

Benjamin Griveaux a répondu vendredi matin sur France Bleu Paris aux critiques suscitées par ses propos. "Je gagne très bien ma vie et je ne me plaindrai jamais", a-t-il affirmé. "Reprenez l'interview en entier, on prend à chaque fois une phrase et puis on cloue quelqu'un au pilori", a-t-il regretté. "C'est un choix personnel de ne pas être propriétaire", a-t-il poursuivi.

Vous êtes à nouveau en ligne