Pourquoi la construction de logements neufs est-elle en panne ?

Un chantier de construction de logements, le 12 mai 2014 à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).
Un chantier de construction de logements, le 12 mai 2014 à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). (ALAIN JOCARD / AFP)

Le gouvernement doit présenter, mercredi, des mesures pour encourager la mise en chantier de logements, qui ne cesse de chuter depuis plusieurs années. Quelles sont les raisons de ce marasme ?

Le nombre de chantiers recule en France. Selon les statistiques du ministère du Logement, publiées mardi 24 juin, les mises en chantier de logements neufs ont continué de chuter de mars à mai (-19,7% par rapport à la même période l'an passé). Entre juin 2013 et mai 2014, la construction de 312 066 logements a été commencée, soit un recul de 8,5% par rapport à la période juin 2012-mai 2013. Un chiffre très éloigné de l'objectif de 500 000 logements par an fixé par François Hollande pour répondre à la demande.

Alors que le gouvernement doit présenter mercredi 25 juin des mesures pour relancer la machine, francetv info revient sur les raisons de cette panne.

Parce que le contexte économique est morose

Le secteur de la construction pâtit, comme toute l'économie française, de la crise et de la croissance molle qu'elle a provoquée. Ce contexte décourage investisseurs et éventuels acquéreurs. "Ce contexte économique n'est pas fait pour rassurer le projet de long terme qu'est l'achat de logements", regrette sur France Inter François Payelle, président de la Fédération des promoteurs immobiliers de France (FPI).

Parce que le prix des terrains et les coûts de construction augmentent

A ce contexte morose s'ajoute l'explosion des coûts. Les terrains sont toujours plus chers, notamment dans les régions sous tension. En Ile-de-France, par exemple, "le prix du terrain continue d'augmenter, alors qu'on observe une baisse d'activité sur le marché", constate l'Observatoire régional du foncier dans sa dernière note de conjoncture de janvier 2014 (PDF). Les coûts de construction ont également grimpé. L'indice de coût, que mesure l'Insee chaque trimestre, est passé de 1 225 au premier trimestre 2004 à 1 648 au premier trimestre 2014.

Parce que les normes sont complexes

Comment expliquer une telle hausse des coûts de construction ? Pour le promoteur François Payelle, "les deux tiers de cette hausse des coûts de construction sont dus à l'exigence des normes". Fin 2013, comme le rappelle Le Nouvel Obs, il demandait le gel de ces normes pour stabiliser les coûts, notamment les normes concernant la réglementation thermique, les personnes handicapées ou les risques sismiques.

Sur ce point, les promoteurs semblent avoir été entendus. "La multiplication des normes décourage et freine la construction", a affirmé le Premier ministre, Manuel Valls, au Parisien mercredi 25 juin. Il promet 50 mesures de simplification, sans préciser lesquelles.

Parce que les délais s'allongent

Le dernier frein à la construction de logements neufs est, selon le président de la FPI, l'allongement des délais. "Il y a quinze ans, il fallait environ 4,5 années pour construire un logement, entre le moment où vous voyiez le terrain et le moment où vous livriez le premier logement, a expliqué François Payelle sur France Inter. Aujourd'hui, ce délai est passé à 6,5 années."

Il pointe du doigt l'allongement des délais d'obtention du permis de construire, la lourdeur des études d'impact dans le quartier, la concertation avec les habitants et la durée des études allongée par les nouvelles normes sismiques.