VIDEO. Réfugiés tibétains en Ile-de-France: une association tire la sonnette d’alarme

C’est une immigration qui reste discrète mais depuis 2011, de plus en plus de réfugiés tibétains demandent l’asile à la France. Faute d’hébergement, une centaine d’entre eux vit aujourd’hui dans un campement de fortune dans le Val-d'Oise. L’association La Pierre Blanche lance un appel à l’aide.

Lorsqu’on parle de réfugiés en France, on pense en premier lieu aux Syriens ou aux populations originaires de la Corne de l’Afrique. Mais parmi les demandeurs d’asile, on trouve de plus en plus de Tibétains. Face à ce que le Dalaï-Lama a qualifié de "génocide culturel", des milliers d’habitants des hauts plateaux himalayens ont choisi de quitter leur pays annexé par la Chine dans les années 50. Selon les derniers recensements 160 000 Tibétains dont le prix Nobel de la paix 1989, vivent aujourd’hui en exil. Certains (entre 2000 et 3000) ont choisi notre pays pour débuter une nouvelle vie.

Ils n’ont pas le droit de parler leur langue et de pratiquer leur religion.

Lisette Calderau, Ligue des Droits de l'Homme

Depuis une dizaine d’années, l’association La Pierre Blanche s’est donné pour mission d'aider ces populations déracinées. Mais aujourd’hui, la situation devient critique. Malgré les familles bénévoles et les différents lieux d’hébergement temporaire dont dispose le collectif, les capacités d’accueil sont dépassées. Faute de logements suffisants, une centaine de réfugiés tibétains vivent aujourd’hui dans un campement de fortune en forêt de Neuville-sur-Oise dans le Val-d’Oise.

Sur leur péniche-centre d’accueil amarrée le long de la Seine à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines voisines, les bénévoles de La Pierre Blanche sont désabusés.

C’est vraiment un gâchis. Ce sont des gens qui sont amenés à rester en France, mais rien n’est fait au niveau de l’insertion, de l’apprentissage du français. Ils sont abandonnés.

Hugues Fresneau "La Pierre Blanche"

Pour venir en aide à ces réfugiés, l’association en partenariat avec France Tibet lance un appel aux bonnes volontés. Un appel d’autant plus urgent qu’un avis d’évacuation du campement sauvage a été émis par la commune de Neuville le 26 avril dernier.

Vous êtes à nouveau en ligne