VIDEO. La précarité énergétique, une souffrance que l'on garde pour soi

Alors que le froid s'est installé, des bénévoles livrent du bois de chauffage gratuit à des foyers en situation de précarité énergétique. "Envoyé spécial" a suivi une tournée des Jardins du cœur de Montluçon, dans le centre de la France. Extrait.

Ils sont moins connus que les Restos du cœur, mais sans eux, Alexandra aurait 3 500 euros de chauffage à payer par an. Une fortune, "le plus gros budget du foyer" pour cette maman du centre de la France qui gagne à peine 1 000 euros mensuels. "Envoyé spécial" a suivi une tournée des Jardins du cœur de Montluçon. Alors que le froid s'est installé, les bénévoles de l'association livrent du bois de chauffage gratuit dans la région. Extrait.

Quand on est seule avec trois enfants dans une maison mal isolée, il faut faire des choix : pas de vacances – le petit dernier n'a jamais vu la mer – et des économies –  juste un feu de cheminée pour chauffer toute la maison. Cette nuit, il faudra se contenter de 12 degrés…

"Une sorte de nouvelle précarité"

La précarité énergétique, "c'est compliqué d'en parler", confie Alexandra en souriant sous le regard des enfants, mais elle peine à retenir ses larmes. Selon Michel Garnier, le bénévole des Jardins du cœur de Montluçon, cette "sorte de nouvelle précarité" est pourtant bien présente. "On en parle moins que la précarité alimentaire, mais elle est tout aussi inconfortable."

Extrait du reportage "Les damnés du froid", diffusé dans "Envoyé spécial" le 26 janvier 2017.

Vous êtes à nouveau en ligne